pub
Politique

La mort de Etienne Yakanou en prison : Quelle suite à l’accalmie marquant le landerneau sociopolitique du Togo après les dernières crises sociales?

Advertisement

Ces derniers temps, malgré le temps morose, on assiste à un calme tant dans les débats que dans les rues. Les choses semblent se remettre peu à peu dans le sens d’une prochaine et plausible entente entre le pouvoir et l’opposition, même si la tension est perceptible entre les deux bords et le désaccord bien partagé sur certaines questions importantes du moment. C’est dans une telle atmosphère déjà bien peu conviviale que survient la mort en prison du militant de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Etienne Yanakou. Une goutte d’eau débordant la vase ou une suite de morts de citoyens qui va s’oublier comme c’est le cas d’autres prisonniers qui se sont rattrapés par les actes criminels qu’ils ont eu à poser ?

L’actualité sociopolitique dans notre pays connaît une relative accalmie depuis quelques jours. Quelle lecture peut-on en faire ? Le processus électoral, la problématique d’un nième dialogue social ont crispé les différentes classes politiques de telle sorte que les partis politiques regroupés dans le Collectif « Sauvons le Togo » et la Coalition « Arc-en-ciel » ont conditionné leur participation aux prochaines joutes électorales par un dialogue. Mais ils sont peu nombreux, les Togolais, à imaginer que le lendemain du drame de Dapaong pouvait être aussi calme comme ce qu’on assiste généralement. Peut être que les uns et les autres ont jugé de poser balle à terre et de remettre le sort au verdict d’un dialogue qui fera ramener la paix des braves dans la cité.

En effet, les tueries de Dapaong, selon certaines sources, pouvaient être interprétées comme la real politik l’exige pour constituer le chou gras durant un temps record de l’atmosphère politique déjà morose. Après l’enterrement, un semblant de calme règne. Cela va de soi. Certains n’ont pas hésité à conclure qu’au délà des négociations et pourparlers officiels entre les interlocuteurs, beaucoup de choses officieuses se sont scéllées dans l’ombre pour sauvegarder cette accalmie. Cele vaut mieux que des séries de bars de fer avec leur cortèges de violences récurrentes qui ne feront que perdre la vie des innocents.

Selon d’autres observateurs qui n’apprécient pas cette accalmie, tout porte à croire que ce n’est qu’un recul pour rebondir surtout que les acteurs politiques sont à la veille des élections législatives qui s’annoncent cruciales. On en était là lorsque le samedi, on annonce le décès en prison d’un membre de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Etienne Yakanou. C’est sans compter que cet événement peut souhaité se profilait à l’horizon. Sur le sujet, il faut dire que les points de vue divergent selon que l’on soit proche de la victime ou du point.

En effet, selon les proches de la victime et plus précisément sa femme, Etienne Yakanou serait décédé de la négligence de ses geôliers. Ils soutiennent qu’il aurait plus être guérie si on l’avait transporté à temps à l’hôpital pour qu’il y suive des soins appropriés. Selon toujours cette version, les autorités pourraient être poursuivie pour « non assistance à personne en danger ».

Au niveau du gouvernement, c’est totalement le contraire que le communiqué du procureur de la République, Blaise Essolissam Poyodi soutient. A en croire ce communiqué lu au journal télévision de 20 heures, Etienne Yakanou est passé de vie à trépas suite à la complication du paludisme qu’il a contracté en prison civile de Lomé. Le moins que l’on puisse dire dans cette affaire, c’est qu’une fois encore, les point sont divergents sur l’origine de ce décès. Que ce soit sur le sujet relatif à la mort de Douti Sinalegué ou de Etienne Yakanou, le pouvoir et l’opposition ne sont pas du tout en accord sur l’origine et même parfois les circonstances. La question que soulève ce constat est que si sur ces faits particuliers et sans complexité en ce qui concerne les causes, les deux tendances n’arrivent pas à se mettre en harmonie et se comprendre, comment pourront-elle parvenir à des accords réels et consensuels à la suite d’un dialogue que apparemment chaque camp souhaite. La question reste posée.

La Rédaction

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

 

Advertisement