Advertisement
Société

Ghana : Incendie du marché de Kantamanto à Accra, des langues se délient

Advertisement

Accra, la capitale ghanéenne est à nouveau secouée par des incendies. Le marché de Kantamanto, un centre commercial d’Accra, réputé pour la vente des friperies est parti en fumée tôt dans la matinée de dimanche 5 mai 2013.

Les sapeurs pompiers dépêchés sur les lieux ont eu du mal à contenir le feu qui a presque ravagé le marché. Le bilan provisoire de cet incendie fait état de plusieurs dégâts dont des magasins, des balles de friperies et fonds consumés.

Après cet incendie une délégation gouvernementale composée de Paa Kwesi Amissah-Arthur, le Vice-president du Ghana, du Dr Alfred Okoe Vanderpuiye, le maire d’Accra, de Julius Debrah, le ministre résidant de la région du Greater Accra et de Nii Lamptey Vanderpuiye, le député de la circonscription d’Odododiodoo, se sont rendus sur les lieux du sinistre afin d’apporter du réconfort aux victimes.

Ensemble, ces personnalités ont promis le soutien des autorités aux marchands infortunés mais aussi l’appui de l’Organisation nationale de gestion et des catastrophes (NADMO), une structure qui s’occupe des personnes affectées par le désastre naturel.

En réaction à cet événement malheureux, tour à tour ces différentes autorités ont eu à réagir. 

Si le maire Alfred Vanderpuiye a sous le coup de l’émotion affirmé que le l’origine du feu est du à l’indiscipline caractérisé des marchands qui se sont adonnés à des branchements de fil électriques illégaux, il ajoutera par la suite certains soupçons. Pour le maire d’Accra, le désastre causé par le feu au marché de Kantamanto pourrait être un acte délibéré.

Outre la délégation gouvernementale qui s’est exprimé, Nana Akufo-Addo, le candidat présidentiel du Nouveau Parti Patriotique (NPP) à la présidentielle 2012 a exprimé ses plus sincères condoléances aux victimes de l’incendie du marché de marché Kantamanto. Passé cette étape, il demande l’ouverture d’une enquête par les autorités compétentes afin de prévenir de telles catastrophes.

A son tour le Vice-président, Amissah-Arthur, a pris deux décisions. Il a dans un premier temps demandé au ministre de l’Intérieur M. Kwesi Ahwoi à constituer une commission d’enquête pour trouver les causes de cet incendie et ensuite instruit le ministère des Finances et d’autres institutions financières de l’État à aider les victimes des incendies c’est-à-dire les milliers de femmes et d’hommes dont les articles ont été consumés par le feu.

Rappelons qu’avant le drame du dimanche, un autre incendie avait été enregistré le vendredi dernier. Suite à un feu dont l’origine est aussi encore officiellement inconnue, le bidonville de Sodome et de Gomorrhe, à Accra, une localité essentiellement construite avec des planches de bois a été rasée par un incendie le vendredi dernier.

En allant sur les lieux du sinistre le samedi dernier, une délégation du gouvernement a compati avec les victimes et les a assuré leur soutien par l’entremise du NADMO.

En vue d’éviter ces genres d’incendie qui emportent des efforts de toute une vie, le maire d’Accra a lancé un avertissement sévère à la fois aux habitants et aux commerçants des deux sites ravagés par les incendies à ne pas recommencer par reconstruire leurs structures.

Mais en attendant de voir un peu plus clair dans l’affaire de l’incendie du marché de Kantamanto, des commerçants qui ont perdu des millions de cedis Ghanéen, la monnaie locale, commencent à se lamenter sur leur propre sort à Accra.

CA

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

Advertisement