pub
Société

DIPLOMATIE ET SOCIETE : L’Afrique d’aujourd’hui actuelle, marche sur la tête

Advertisement

L’Afrique actuelle marche sur la tête se veut une occasion d’analyse très poussée sur la situation sociopolitique de l’Afrique sans oublier celle portant sur sa manne économique et financière. Plus encore c’est une réflexion sur son état actuel qui suscite beaucoup de remous et de vives interrogations.

Il est dit que mon Afrique est une terre d’avenir. Cette Afrique que nous cherchons à construire par nos plumes et nos pensées d’engagé. Cela ne nous parait pas contestable cette thèse surtout au regard de tous ces facteurs dont elle regorge. Encore appelée berceau de l’humanité, l’Afrique des diamants ; de l’or ; des pierres ; du bronze ; du pétrole ; des terres ; de l’étendue ; des eaux ; de la main d’œuvre ; de la phosphate ; des cultures et valeurs identitaires exceptionnelles et que sais-je encore fait objet de convoitise de la part de non seulement de ces fils et filles mais aussi de ces anciens colons ou mercantilistes qui dans le passé y ont trouvé des intérêts particuliers et qu’il faille à tout prix renouvelé. Malgré ces richesses et tout ce potentiel inestimable, l’Afrique, mon Afrique et l’Afrique de mes ancêtres peinent à se développer. Elle regorge d’une importante part de pays et nations où la pauvreté est grandissante. Cela apparait surprenant. N’est-ce pas ?

L’Afrique offre un spectre de guerres et de scènes inédites très affreuses et scandalisantes. L’espoir qui anime ces ressortissants est quotidiennement noyé par des faits inquiétants. Au delà du continent, on la reconnait par des coups d’état, des constitutions dissoutes, des gouvernements de transition ou d’union nationale par ci et des attentats, des médiateurs par là ou encore des clans de rébellion ou récemment le printemps arabe. Tout porte à croire que l’Afrique est une terre des hommes à part.

Des choses monstrueuses se racontent sur l’Afrique et d’intrépides leaders politiques donnent le plus souvent raison à ces vendeurs d’illusions surtout par des forfaits qu’ils commettent en mettant en mal le processus démocratique en cours dans leur pays ou en pillant le plus souvent les ressources de l’Etat. Pour ne citer que ceux là. 

Mon Afrique n’est connue que par la guerre. Citons une jeune française en tourisme d’amour au Bénin qui me disait ceci : « Le Bénin n’est pas aussi connu comme le Mali par les écoliers ; les lycéens et les universitaires français. Car pendant la Jt (Journal télévisée) on fait un zoom sur le Mali. Ils montrent les terroristes ; acqmiet d’autres choses ». Bref voici comment les colonisateurs font référence à leur ancienne colonie. Pour eux l’Afrique est symbole des guerres et des scènes tristes.

Effectivement l’Afrique va mal et elle écœure. Des coups commandités et souvent venant hors du contient et sans raison valable sèment aussi le trouble en Afrique. Exemple typique l’invasion de Tripoli et la mort de Kadhafi. Kadhafi, guide libyen qui a tant rêvé de l’unification de Cette Afrique là dont a parlé Jean IKELE MATIBA à la suite d’une longue lutte entamée par les « famous » dont nous ne cessons de célébrer les morts à savoir : Kwamé NKrumah ; Patrice Emery LUMUMBA ; Thomas SANKARA ; Aimé CESAIRE ; Léon Gontran Dalmas et pleins d’autres en a fait les frais tout récemment. La loi de la jungle au nom du concept communauté ou organisation internationale a dicté sa loi. Soumission des faibles et on en parle plus.

Si nous considérons l’Afrique comme un être humain, la plus part de nos lecteurs auraient compris la raison pour laquelle nous disions qu’elle marche sur la tête. Et tout comme Riveli pour signifier que ça va mal et très mal, nous réitérons la thèse que l’Afrique marche sur la tête. Fermons les ().

Perspectives

Notre réflexion s’achève sur une série d’interrogations. Pourquoi l’Afrique échoue, trébuche, s’égare et ne parvient pas à se relever ? Que doivent faire les africains pour réellement étonner le reste du monde mais surtout positivement ? Quel développement pour les nations d’Afrique ou encore quel régime politique répond aux aspirations des peuples d’Afrique ? Et quel type de partenariat l’Afrique francophone doit avoir avec la France, une nation aux positions mitigées et hypocrites dans les relations internationales.

Par Roch Alfred KIKI (BENIN)

rochkiki@yahoo.fr

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

Advertisement