pub
Culture

Festival Plumes Francophones : Sophie Ekoué a animé une conférence au Collège saint Joseph

Advertisement

Les activités inscrites dans le programme de la troisième édition du Festival « Plumes Francophones  » vont bon train. Dans ce cadre, Sophie Ekoué a été au Collège saint Joseph de Lomé, ce mardi 19 mars où au cours d’une conférence elle a abordé la question du succès réalisé dans la carrière de femme littéraire.

Selon Sophie Ekoué, le but de la rencontre avec les élèves est de parler des clés du succès c’est-à-dire qu’est ce que le succès, comment arrive t-on au succès, qu’est ce que la réussite. « Moi personnellement j’avais dit que je ne conçois pas ma vie en termes de succès ou de réussite mais en termes de réalisation de rêve. Je pense que ma vie est réussie si j’arrive à accomplir mes rêves. » a indiqué la journaliste de RFI qui poursuivant a affirmé : « J’ai accompli mon rêve celui de devenir journaliste ».

Donc je crois que en quelque sorte j’ai réussit. Ce n’est pas le fait de d’être riche qui indique la réussite ma réussite c’est le faite de réaliser mes rêves. »

Par ailleurs elle a indiqué avoir dit aux élèves que pour réussir on doit travailler. «  Il faut se dire que rien ne tombe du ciel ni tout cuit dans les becs  » a-t-elle précisé aux leaders de demain.


Elle a avoué à la fin de conférence que les élèves ont été réceptifs. « Ils ont posé de belles questions c’était très intéressant, ils étaient captivés on sentait qu’ils écoutaient ce que je disais » a-t-elle déclaré.

Rappelons que le samedi dernier au Centre culturel Akouta Matata, s’est tenue la première conférence dont le thème est : « la présence de la femme dans la poésie togolaise.  ».

Animée conjointement par Ketline Adodo et Assiba Akakpo, la conférence a relevé le problème de sous représentation de la femme dans le secteur au Togo.

Pour Adodo Ketline « quand on dit que la poésie togolaise n’existe pas je suis étonnée. ». Selon elle, le problème de la littérature togolaise est son peu de place dans les critiques. Elle a affirmé que pour que la littérature d’un pays ait de l’essor il faut qu’il soit critiqué et enseigné à l’école.

Germain Kokoura

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

 

Advertisement