pub
Enquêtes & Interviews

Retour des Eperviers de la CAN : Récit d’un calvaire crée par l’amateurisme d’une organisation

Advertisement

Les Eperviers du Togo et les supporters, ainsi que des journalistes ont finalement foulé le sol togolais jeudi dernier, après plusieurs jours de calvaire en terre sud-africaine. Ils ont été accueillis par le Premier ministre Kwesi Séléagodji Ahoomey-Zunu. En rappel  le Togo a été éliminé dimanche 03 février dernier en quarts de finale par le Burkina Faso (0-1) dans les prolongations. C’est la première fois que le Togo atteint cette étape d’une phase finale de la CAN, après sept participations.

 

Attendue depuis mardi à Lomé, la délégation togolaise n’est arrivée que le jeudi 07 février 2013 en début d’après-midi. Joueurs, supporters, chefs traditionnels et journalistes ont été bloqués en Afrique du Sud durant deux jours  suite aux défaillances dans les structures d’organisation. L’avion a atterri aux environs de 13H GTM à l’aéroport international Gnassingbé Eyadéma dans une organisation peu rassurante. L’ambiance était pourtant chaude pour accueillir en héros ceux qui ont fait vibrer tout le pays durant cette CAN 2013 avec des supporters déchaînés qui patientaient depuis 8H à l’entrée du salon d’honneur de l’aéroport.

Fièrement habillés à l’effigie des couleurs du drapeau national, des togolais dansaient et chantaient à tue-tête l’hymne national et attendant avec impatience le retour des héros nationaux. Des heures passaient, mais la passion des supporters devenait plus grande. Une poignée de têtus s’acharne à rester agripper au portail à l’entrée du salon d’honneur, espérant apercevoir un joueur. Du côté des autorités, aucune information n’est donnée sur l’heure exacte de l’atterrissage.

Ce n’est qu’à13H que l’avion s’est posé. Les membres de la délégation togolaise ont été accueillis par le chef du gouvernement. Ce dernier s’est entretenu à huis clos pendant quelques minutes avec les joueurs dans l’une des salles du salon d’honneur. Après cet entretien, la presse a dû faire pression sur certains responsables pour obtenir les explications sur les couacs constatés  dans l’organisation.

Du côté de la plupart des joueurs, c’est le silence radio. D’autres sont sortis précipitamment. Le bus prévu pour les ramener était bien positionné, mais chacun a quitté l’aéroport avec son propre véhicule. Seul Placca Fessou, le meilleur butteur du championnat national,  l’un des 23 joueurs de cette campagne continentale nous a confié la frustration de ses coéquipiers.  « Nous sommes tous frustrés, nous n’avons pas le moral pour le moment. Nos bagages sont restés là-bas, certains ne les ont pas sécurisés et vont peut-être les perdre. Il y avait un problème de surcharge, si bien que tout le monde est revenu, presque sans ses bagages », a-t-il déclaré. « Il y avait 170 personnes à l’aéroport et l’appareil ne pouvait que prendre 150 personnes. Mais qui laisser, qui prendre? Qui est prioritaire ? C’est pour cela que l’on a préféré prendre les humains d’abord, les sacs après », raconte un journaliste également de la délégation.

 

Plus surprenant  Toussa Komi Gameli, chef de la délégation togolaise de football, servant d’interface avec la CAF n’a pas convaincu les journalistes présents à travers ses explications un peu floues. De biens maigres explications qui n’apaisent pas la colère des supporters. « Nous avons été humiliés, trimballés d’aéroport en aéroport. Tout le problème était de rentrer au Togo. Aucun autre pays n’a eu ce problème. Personne ne savait rien quand on demandait des explications. C’était le bordel total », fulmine une supportrice. « C’est inadmissible, mais Dieu merci, on est rentré au Togo ! » s’exclame un autre dans la foule.

 

Seul point positif à retenir,  les défaillances d’organisations n’entachent en rien le beau parcours des Eperviers qui ont écrit une nouvelle page dans l’histoire du football togolais en se qualifiant pour les quarts de finale, une prouesse qui a fait vibrer tout un peuple.

 

Ametbao

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

 

Advertisement