pub
International

Le personnel de santé Algérien exprime son ras-le-bol

Advertisement

La situation sociale de l’Algérie va encore susciter des réactions. Les travailleurs de la santé publique comptent passer à la vitesse supérieure. Leurs revendications sont restées jusque-là sans réponse de la part des pouvoirs publics. Pour se faire entendre, ils comptent appeler à une grève générale de trois jours, les 10, 11 et 12 décembre prochains. Ces travailleurs sont affiliés au Syndicat National Autonome des Personnels de l’Administration Publique, le Snapap.

 

« Les pouvoirs publics ont fait la sourde oreille à nos multiples appels pour régler nos problèmes socioprofessionnels. Ils attendent toujours le pourrissement pour se manifester et revenir à la table des négociations, ce qui nous amène à opter pour la solution de débrayage pour nous imposer en force vive », nous a déclaré un syndicaliste sous couvert de l’anonymat.

 

Comme points de revendications, la titularisation de tous les travailleurs contractuels et vacataires, dont le nombre dépasse les 24 000, la révision des lois concernant les corps communs et les ouvriers professionnels, l’augmentation et la généralisation de la prime de zone à toutes les wilayas du Sud.

 

Soulignons que ce mouvement de grève a été décidé après une rencontre, la semaine dernière, entre les responsables de la Fédération Nationale des Travailleurs de la Santé Publique, la FNPSP, et le ministère de tutelle. Mais celle-ci s’est avérée non-concluante pour les syndicalistes qui se sont estimés « lésés ». Deux rassemblements de protestations s’étaient par ailleurs tenus devant le ministère de la Santé. Sans succès.

 

Firmin Teko Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement