pub
Développement

Le Fonds d’Appui aux initiatives Economiques des Jeunes(FAIEJ) veut faciliter le financement des micro projets des jeunes entrepreneurs togolais

Advertisement

Le Fonds d’Appui aux initiatives Economiques  des Jeunes (FAIEJ) a organisé ce Jeudi 6 Décembre 2012 à la salle de conférence de la BOAD une journée de réflexion sur le thème : « le jeune face entrepreneur face aux contraintes du système de financement ». L’objectif de la rencontre est d’ échanger sur la problématique du financement des initiatives économiques des jeunes.

 

Le chômage et le sous emploi des jeunes constituent une préoccupation majeure du gouvernement togolais et gagner le pari de l’emploi des jeunes est un défi au centre de la nouvelle stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE).  Ainsi, pour optimiser les stratégies conçues pour adresser la problématique de l’emploi, le gouvernement s’est doté de différents instruments. L’un de ces instruments est le Fonds d’Appui aux initiatives Economiques  des Jeunes (FAIEJ) qui a été créé le 14 Novembre 2006.

 

Le FAIEJ a pour objectif, selon Mme Céline Mivédor, DG de FAIEJ, de promouvoir et de développer l’entrepreneuriat des jeunes par un soutien financier actif et intégré de leurs initiatives économiques dans les secteurs à haut potentiel de création de richesses et de génération d’emplois décents. « Ouvert à tout jeune ayant une idée de création d’emploi, le FAIEJ ambitionne de financer les projets pertinents, réalistes et réalisables dans tous les secteurs d’activités », a-t-elle ajouté.

 

La journée  de réflexion de ce jour permettra de débattre des défis et des sources de contraintes liées au financement des initiatives des jeunes car « ces initiatives d’insertion économique des jeunes se heurtent souvent à des obstacles divers qui sont tantôt d’ordre institutionnel, culturel ou financier et parfois imputables aux jeunes promoteurs eux-mêmes » a remarqué Mme la ministre du Développement à la Base, Victoire Tomégah Dogbé.

 

Cette journée de réflexion qui rassemble près de 200 jeunes, les institutions de micro finance, les institutions financières, le PNUD, quelques banques de la place, le associations de promotion de la jeunesse, le Conseil National de la Jeunesse etc. se veut de dégager un consensus favorable à l’émergence d’un cadre privilégié de financement, de l’accompagnement et du suivi des jeunes promoteurs d’entreprises. 

 

Max DALLY

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement