pub
International

L’avenir paisible semble disparaître a petit feu pour Saadi Kadhafi

Advertisement

Des ennuis pour le fils de Mohammar Kadhafi. Les nouvelles autorités Libyennes ne désespèrent pas d’obtenir de Niamey l’extradition de Saadi Kadhafi 39 ans, ex-footballeur de seconde zone, fils du « Guide » défunt et enfant prodigue de la tout aussi défunte Jamahiriya.

 

Accompagné de son ministre de la Justice et d’une imposante délégation, Ali Zeidan, le Premier ministre libyen, a profité de sa première visite officielle au Niger, les 11 et 12 décembre, pour demander une nouvelle fois à Brigi Rafini, son homologue nigérien, de livrer à Tripoli le fils Kaddafi ainsi que la centaine de fidèles qui l’avaient suivi dans sa fuite, parmi lesquels les généraux Abdallah Mansour et Ali Kana.

 

Comme réponse, le président Mahamadou Issoufou a opposé un refus catégorique, Rafini se chargeant de rappeler à son hôte qu’aucune convention d’extradition ne lie leurs pays. Mais le vrai motif de ce refus est ailleurs. « Pour le moment », précise Mohamed Bazoum, ministre nigérien des Affaires étrangères, « rien ne nous garantit que ces hommes auraient droit à un procès équitable à Tripoli. »

 

Il faut souligner que la résistance du régime nigérien aux pressions libyennes ne lui vaut pas pour autant le moindre sentiment de reconnaissance de la part du fils Kaddafi. Il boude, se plaint de ne pouvoir circuler dans Niamey ni recevoir des invités dans la résidence qui a été mise à sa disposition. Alors que ses compagnons d’exil peuvent se promener comme bon leur semble

 

Firmin Teko Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement