Sport

Débandade dans le nid des Eperviers ; le spectre d’un fiasco se précise

Advertisement

«Quand le président me dit qu’il n’y a pas de primes, et que après la rencontre j’appelle les membres de la fédé marocaine pour savoir comment le match a été organisé et qu’ils me disent qu’ils ont versé 35.000 euros à Améyi pour ce match, je me suis demandé où allons nous? L’argent est partie où? Je ne sais pas. Est-ce que le président ment? Je ne sais pas. Mais pourquoi le gars de la fédération marocaine me raconterait des trucs faux. Moi je suis quelqu’un qui n’aime pas les mensonges. Quand j’arrive pour le match contre le Maroc et que les gars me disent on n’a pas de maillot d’entraînement et qu’on utilise juste deux jets depuis qu’on est là, j’ai appelé l’intendant pour lui demander. Lui non plus ne savait pas mais quand j’appelle l’un des responsables de la firme Puma que je connais depuis Monaco, et qu’il me dit qu’ils ont envoyé de nouveaux équipements depuis 3 semaines, j’ai été choqué. Alors quand mes coéquipiers m’appellent pour avoir des informations sur ces genres de choses et qu’on ne me dit rien je sais pas comment y répondre. C’est dommage mais c’est comme cela que les choses sont et le président ne fait rien. J’ai l’impression qu’il ne sait pas comment on prépare une CAN. A la fédération, chacun pense à sa poche.Comme on le fait au Togo. Il est temps de changer pour que le football togolais change. Si on reste dans ces mêmes conditions, on va faire une CAN catastrophique. Si c’est le cas, je reste dans mon club pour me préparer et faire gagner mon club », tel a été les propos du capitaine des Eperviers du Togo, Emmanuel Adébayor. Après ce sont les tours des entités sportives mises en cause qui ont répondu par des communiqués qui ne convainquent personne.

 

Dans cette perspective, « Tovia » annonce qu’il ne sera pas à la CAN. Dans l’opinion c’est l’inquiétude d’autant plus que certains de ses coéquipiers à l’instar d’Agaassa, Améwou, Romao, Ségbéfia le suivraient. Et le sélectionneur de menacer qu’il ne compte pas aller à la CAN avec une équipe amoindrie. Même si certains pensent encore que la sérénité reviendra grâce à certains bons offices, c’est la débandade togolaise.

 

Ce qui est surprenant dans cette histoire, c’est que pour le moment les voix autorisées ne semblent pas pendre au sérieux les effets du scénario qui se joue autour du football togolais à la veille de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. A cette allure, bonjour le fiasco.

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, les adversaires du Togo à la CAN doivent souhaiter que la crise perdure dans le nid des Eperviers. On apprend par ailleurs que le personnel adminsitratif de la FTF a organisé un mouvement d’humeur ce lundi et donne quarante huit pour rentrer dans leurs fonds, les arriérés non payés.

 

Ametbao

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement