Advertisement
Sport

Brouillard dans le nid des Eperviers : Le ministre silencieux, la Primature sollicitée

Depuis la sortie très révélatrice du capitaine Emmanuel Adébayor et la contre-attaque de son coéquipier et défenseur Nibombé Daré, l’ambiance au sein de l’équipe nationale est très polluée et divisée. A cela s’ajoute la guéguerre entre les membres du Bureau Exécutif de l’instance suprême du football togolais. A quelques semaines du départ pour l’Afrique du Sud, c’est l’inquiétude dans l’opinion.

 

La crise qui secoue actuellement le football togolais est la suite logique des égarements, des concussions, de la gabegie et autres maux qui ont court dans le football depuis que certaines personnalités ont décidé d’utiliser la gestion du football à des fins personnelles. C’est inquiétant mais c’est la triste réalité. Depuis que les sorties médiatiques de ces deux joueurs susmentionnés ont radicalisé les positions des uns et des autres, rien ne se sent venir en terme d’actions de réconciliation de la famille sportive avant le fatidique parcours dans la prochaine Coupe d’Afrique des Nations qui se joue au pays de Nelson Mandela.

 

En dehors d’un communiqué sorti par le ministre des Sports et des Loisirs taclé par le capitaine Adébayor pour donner en détail l’utilisation des sommes perçues par Gabriel Améyi de la part du gouvernement, qui d’ailleurs n’a convaincu personne, c’est le silence radio qui s’observe chez celui qu’on dit aimer le sport. Alors que la CAN approcha à grands pas, c’est la frustration dans le camp des supporters.

 

Pour bon nombre de Togolais, la solution passerait par le sommet de l’Etat et en premier lieu la Primature. Son locataire peut jouer le bons offices pour ramener le calme dans la maison en vue de sauver ce qui peut encore l’être. Si rien ne se fait à ce niveau aussi, certains disent craindre le scénario de Wengen.

 

Ametbao

Togoportail, toute l’information à votre portée