pub
Justice

Affaire d’escroquerie internationale : Marlène Le Floch-Prigent demande l’évacuation immédiate de son mari, le Quai d’Orsay réagit, Lomé fléchit.

Advertisement

“Je veux juste que mon mari soit en vie pour se défendre” c’est le cri d’alarme qu’a poussé l’épouse de Loïk le Floch-Prigent hier dans une lettre ouverte adressée au Patron de l’Elysée, le président  François Hollande. L’épouse de Loïk Le Floch-Prigent, l’ex-dirigeant du groupe pétrolier Elf accusé d’escroquerie internationale, demande à François Hollande et tout le gouvernement Français de se mobiliser pour rapatrier son mari écroué au Togo depuis mi-septembre. 

 

Selon la lettre de Marlène, le Floch-Prigent  souffre d’un cancer et ses jours sont comptés. Sur l’antenne de France 24, Madame le Floch-Prigent ne mâche pas ses mots.   “La santé déjà précaire de mon mari  se dégrade au point d’angoisser désormais tous ses proches. Qu’attend-t-on ? Que mon mari meure faute de soins ?“, tambourine Marlène Le Floch-Prigent. Atteint de psoriasis depuis l’âge de 15 ans, Loïk Le Floch-Prigent souffre de carcinomes, une complication de type cancéreuse qui nécessite une intervention chirurgicale dès l’apparition d’une nouvelle lésion. “Il a subi 18 opérations en 15 mois et la dernière en date devait être faite en septembre“, explique Marlène Le Floch-Prigent, qui craint que des métastases se répandent jusqu’au point de non retour. En France, le médecin traitant de  Loïk Le Floch-Prigent, le docteur David Farhi renchérit  les propos de l’épouse de son patient et affirme qu’il “paraît urgent d’opérer” Loïk.

 

Un message qui a interpellé le Quai d’Orsay

Le Quai d’Orsay  a réagi à l’appel de Marlène Le Floch-Prigent par la voix de son porte parole  “Nous entendons bien sûr cet appel et sommes en contact avec Mme Le Floch-Prigent“, a déclaré Philippe Lalliot avant d’ajouté “Nous réitérons donc l’appel que nous avons lancé aux autorités togolaises depuis maintenant plusieurs semaines : M. Le Floch-Prigent doit pouvoir bénéficier d’une évacuation sanitaire lui permettant de subir en France une opération, dès lors qu’elle n’est pas possible sur place”.

 

Lomé veut  répondre  à la requête de Paris

Le ministère togolais de la Justice est sorti de son silence par un message de son patron  Tchitchao Tchalim, joint par l’AFP qui a  simplement indiqué que les autorités togolaises sont en œuvre pour répondre à la requête du Quai d’Orsay dans un bref délai.

 

Emmanuel Vitus Agbenonwossi

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement