pub
Politique

Nouveau dialogue, nouvel échec : Que veut l’opposition, que veut le pouvoir ?

Advertisement

Dans une des parutions  de la semaine dernière, à la veille du nouveau dialogue, un confrère titrait : « Nouveau dialogue, nouvelle farce en perspective ». La suite à donner à cette nouvelle table ronde, ce confrère bien encré dans les méandres de la politique togolaise avait vu juste. Le nouveau dialogue auquel tous les acteurs politiques ont appelé de leur vœu est une nouvelle fois un échec. Les discussions ont achoppé sur les points inscrits à l’ordre du jour. Quand le pouvoir veut seulement débattre pour aplanir les divergences liées aux prochaines législatives, l’opposition veut, elle, débattre des questions épineuses des réformes constitutionnelles et institutionnelles. Ce que la mouvance n’a pas voulu.

 

Dans l’ensemble, tout porte à croire que le parti au pouvoir cherche à gagner du temps et n’organiser des législatives qu’il compte bien remporter. En face, l’opposition veut y participer mais en obtenant les réformes pouvant lui donner une chance de remporter la majorité des sièges puisqu’elle est convaincue qu’une élection bien organisée ira toujours en son avantage. Mais une remarque s’impose. L’opposition togolaise est divisée et n’est pas prête à s’unir pour faire bloc et contraindre le camp d’en face à faire des concessions allant dans le cadre de l’amélioration du cadre électoral. Cette dissension n’augure rien de bon pour elle puisse que le pouvoir en place s’y accommoderait. La question que beaucoup de togolais se posent est de savoir si on peut aller aux élections dans des conditions actuelles, empreintes de crises sociopolitiques sans précédent.

 

En attendant que les uns et les autres ne reviennent en de meilleurs sentiments, une gageure pour l’instant, la communauté est muette comme une carpe et attend certainement de jouer le sapeur pompier au cas où…ce qui est à redouter le plus.

 

Ametbao

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement