Advertisement
International

La Côte d’Ivoire réorganise son armée

Advertisement

La FRCI tend à s’organiser. Les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) viennent de connaître un vaste mouvement de changement d’affectations. Plusieurs chefs de guerre de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), aujourd’hui intégrés dans l’armée nationale, sont concernés.

Les mouvements les plus notables touchent Zakaria Koné, commandant de la police militaire, qui est la cible de toutes les critiques des organisations de défense des droits de l’homme, ainsi que Gaoussou Koné, alias Jah Gao, le chef du groupement tactique 9 du quartier populaire d’Abobo, où les incidents se sont multipliés ces derniers mois entre ses hommes et des groupes de civils armés.

Ces changements alimentent une forte polémique dans la capitale économique ivoirienne, dans la mesure où les principaux concernés figurent parmi les personnalités les plus controversées. Alors, sanction ou pas sanction ? Zakaria Koné a été muté au Bataillon d’artillerie sol-air (Basa), situé à la caserne d’Akouédo, près d’Abidjan, un camp militaire qui avait été la cible d’une attaque d’hommes armés non identifiés au début d’août.

Gaoussou Koné se retrouve quant à lui au 1er bataillon des commandos parachutistes (BCP), également à Akouédo, en tant numéro deux, sous la direction du colonel Jean Hubert Ouassenan.

 

Firmin Teko Agbo

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement