pub
International

Ghana : La campagne présidentielle marquée par une épreuve de test oral

Advertisement

Quatre candidats en course pour la présidentielle de décembre 2012 au Ghana ont passé un test oral qualifié de débat présidentiel hier mardi nuit à Tamalé, une ville du nord Ghana.

 

Les quatre candidats à savoir John Mahama du Congrès National Démocratique (NDC) le parti au pouvoir, Michael Abu Sakara Forster du Parti de la Convention Populaire (CPP), Hassan Ayariga, de la Convention Nationale Populaire (PNC) et Nana Akufo-Addo du Nouveau Parti Patriotique (NPP) ont pendant cinq heures d’horloge dans la nuit répondu aux questions des officiels de l’Institute of Economic Affairs (IEA), une organisation de la société civile qui vise à promouvoir et renforcer la démocratie au Ghana.

 

Les questions abordées ont porté sur quatre grands thèmes qui sont : l’économie, le secteur social, l’industrialisation du Ghana et la politique étrangère. Ces questions ont émané des ghanéens et des groupes d’intérêts dans le pays. La retransmission audiovisuelle mais aussi par des réseaux sociaux du débat a permis à l’électorat aux ghanéens en général à se faire idée sur le choix à opérer le jour du scrutin.

 

Les candidats, après avoir présenté chacun pour sa part la vision qu’il a du Ghana, les deux modérateurs du débat Kojo Oppong Nkrumah et le professeur Jane Opoku Agyemang, n’ont pas tardé à entrer dans le vif des sujets. Des discussions, le débat s’est recentré autour de John Mahama du NDC et de son principal Akufo Addo du NPP.

 

De tous les sujets abordés, les deux candidats favoris à cette élection se sont opposés sur les questions d’éducation et de santé. Ainsi donc au moment où Akufo Addo réitérait sa promesse de l’éducation gratuite dans les collèges et lycées, John Mahama a répliqué que la priorité de son gouvernement s’il est élu serait de renforcer les mesures pour une application totale et effective de cette mesure dans le cours primaire.

 

Sur le plan santé, Akufo Addo a fustigé la politique du gouvernement NDC qui gaspille de l’argent du pays soit 300 millions de Ghana cedis pour couvrir le système d’assurance maladie (NHIS). Le candidat du NPP a énoncé que « nous allons arrêter l’allocation des fonds pour le NHIS pour financer d’autres activités du gouvernement… ». A son opposé, John Mahama a trouvé que son adversaire se contredit lui même. Partant des résultats obtenus, le candidat du NDC a rappelé que le NHIS a connu une croissance phénoménale depuis que le NDC a pris le pouvoir et qu’à cet effet il permet à la population de mieux se soigner.

 

Malgré les chaudes empoignades notées lors du débat, le fair-play chez les candidats surtout chez les deux grands favoris ont rehaussé la démocratie ghanéenne.

 

Au delà de ce débat présidentiel, il faut retenir que la modestie du Président sortant John Mahama de se soumettre à un tel jeu a donné envie à tous à suivre la confrontation des idées des quatre candidats. Dans le passé une règle non écrite stipulait que le Président sortant ne doit pas prendre part à ce débat.

 

Pour les quatre autres candidats absents, il convient de rappeler que leur parti n’étant pas représenté au parlement, ces candidats quoique désireux de prendre part à l’événement n’ont pas été invités.

 

Deux autres débats suivront. Le premier aura lieu le 6 novembre à Takoradi et devra concerner les vice-présidents candidats. Le second et dernier débat des candidats à la présidence se déroulera le 20 novembre à Accra. La présidentielle elle-même aura lieu le 7 décembre 2012.

 

CA

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement