pub
International

Le Droit d’hériter reconnu aux femmes Botswanaises

Advertisement
Elles doivent toutes sourire aux lèvres, les femmes Botwanaises. La Cour Constitutionnelle vient de leur reconnaître le droit d’hériter. Un pas important pour la femme, une victoire pour les Botswanaises.
 
 
La Cour constitutionnelle du Botswana a rendu un arrêt ce vendredi qui a fait le Bonheur de toutes les femmes du pays. Il leur donne le droit d’hériter. L’époque des lois  tribales à ce sujet est désormais révolu.
 
 
Rappelons que depuis longtemps, seuls les hommes pouvaient hériter. L’héritage était fonction du choix du régime matrimonial. La loi de 1979 sur l’administration des successions – Administration of Estates Act 1979 – autorisait les hommes à exclure les épouses des testaments si le régime matrimonial n’était pas celui de la communauté.
 
 
« Il me semble que le temps est désormais venu pour les juges de cette cour de jouer le rôle de sages-femmes de la justice pour présider à la naissance d’un nouveau monde qui cherche à émerger », a déclaré le juge Key Dingake en annonçant la décision de la Cour, rapporte la BBC.
 
 
Trente-deux ans plus tard, les juges ont (enfin) estimé qu’il était contraire à la Constitution qu’une loi traditionnelle donne seulement à l’homme le droit d’hériter de la maison familiale. Pourtant, l’égalité des sexes fait partie intégrante de la loi fondamentale au Botswana.
 
 
Il y a pas longtemps, l’histoire de trois soeurs âgées de plus de 65 ans sur le point de perdre leur maison familiale avait de nouveau soulevé la question de l’héritage. La Cour a été saisie car un neveu de la famille réclamait la maison au nom de la loi tribal.
 
 
Firmin Teko Agbo
 
 
Togoportail, toute l’information à votre portée
Advertisement