pub
International

Ghana : Rawlings annonce une autre révolution, mais interne

Advertisement

Jerry John Rawlings, l’ex Président ghanéen assure qu’une « révolution propre » va s’enclencher dans son parti le Congrès National Démocratique (NDC) au pouvoir après les élections générales de décembre de 2012 et qu’elle va aboutir à un nettoyage interne dans le parti.

 

Rawlings a fait cette prédiction le samedi 13 octobre dernier au Stade Baba Yara de Kumasi lors du congrès électif du Nouveau Parti Démocratique (NDP). A l’issue de ce congrès Nana Konadu, épouse de Rawlings, seule candidate en lice, a été élue tant que candidate du NDP à la prochaine présidentielle.

 

Pour l’invitation reçue à participer à Kumasi, la capitale de la région Ashanti, au congrès du NDP, un nouveau parti dont les responsables ont claqué les portes du NDC, Rawlings a parlé du NDC. En entrevoyant la « révolution propre » qui va causer la misère pour son parti, Rawlings a prédit que beaucoup de députés du NDC vont « mal » perdre leurs sièges à l’issue des législatives. En expliquant le péché qui va entrainer la défaite de ces parlementaires, Rawlings a estimé que la plupart candidats du NDC aux législatives ont manipulé le processus de la désignation des candidats du parti, une situation qui ne reflète pas la volonté de l’électorat.

 

Un autre grief, Rawlings reproche aux leaders du NDC d’avoir négligé les valeurs fondamentales du parti et les principes de justice, de probité, de responsabilité et de valeur sociale après la victoire du parti en 2008.

 

Cette volte face du charismatique leader Rawlings est intervenu après un début de retour en de bon termes avec les cadres du NDC depuis que le Président John Mahama a pris les commandes et du parti et de la Présidence ghanéenne.

 

Apres avoir indexé certaines personnes premièrement comme des « bébés qui ont des dents dures qui mordent et qui crachent des invectives » et ensuite « de vieux nains maléfiques » qui nuisent le NDC, l’ex Président avait exhorté John Mahama à les mettre sur la touche s’il compte gagner la présidentielle de 2012.

 

Pour résoudre les problèmes qui perdurent dans le NDC, Rawlings a suggéré à John Mahama, actuel président national du parti, que certains éléments doivent s’effacer pour permettre une réconciliation interne le parti.

 

Mais à l’allure où vont les choses, un bras de fer risque d’opposer les frères « Akatamanso » du NDC. Déjà, un membre du NDC et membre du gouvernement en l’occurrence l’actuel ministre de l’Energie, Inusah Fusein, a promis de mener une croisade pour expulser Rawlings, le fondateur du NDC, du parti.

 

Dans les heures à venir, les responsables du NDC se réuniront pour se prononcer sur la démission de Nana Konadu Rawlings du parti mais surtout à en croire Johnson Asiedu Nketia, le Secrétaire général du NDC, pour se prononcer sur le sort à réserver à l’ex Président Jerry Rawlings après qu’il ait soit apparu au congrès du NDP.

 

En faisant une parallèle de cette situation du NDC au Ghana d’avec l’Union des Forces du Changement (UFC), cette crise risque à terme de diviser le NDC. On se rappelle qu’au lendemain de la présidentielle de 2010 au Togo, Gilchrist Olympio, le président national de l’UFC avait annoncé vouloir renforcer les pouvoirs du Secrétaire général du parti et par la suite reprend le contrôle du parti. Cette crise avait conduit à des exclusions réciproques et après une scission qui a entrainé la naissance de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) dirigée par Jean Pierre Fabre.

 

La suite, c’est qu’en termes de mobilisation populaire, l’ANC a ravi la vedette à l’UFC qui ne se contente plus que de son nom et des gloires passées dans le pays. La même chose va-t-elle se répétée au Ghana ? L’après présidentielle de décembre 2012 situera chacun des acteurs engagés dans cette lutte.

CA

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement