pub
International

Ghana / Présidentielle 2012 : Des candidats disqualifiés appellent la justice au secours

Advertisement

Trois des partis politiques ghanéens dont leurs candidats ont été disqualifiés par la Commission Electorale (CE) à la présidentielle de décembre 2012 au Ghana ont saisi la justice pour qu’elle se prononce sur la décision rendue par la CE de sorte à repêcher leur porte flambeau respectif.

Pour ces trois partis à savoir le Parti de la nouvelle Vision (NVP), le Parti National Démocratique (NDP) et le Parti Populaire Indépendant (IPP) lesquels ont connu des fortunes diverses à l’issue de l’examen du formulaire de candidature soumis à la CE, chacun pour sa part a intenté une action en justice contre la CE. Pour leurs candidatures à cette élection, tandis que le NVP avait présenté le prophète Daniel Nkansah comme son candidat, le parti IPP avait pour aspirant Kofi Akpalu et le NDP a pour sa part présenté Nana Konadu Agyeman Rawlings, l’ex première dame du Ghana.

 

Si au NVP, les officiels veulent saisir la justice pour qu’une enquête soit menée sur les membres de la CE qui auraient été corrompu par le plaignant, le prophète Daniel Nkansah, celui qui n’est autre que le fondateur de ce parti, la démarche est peu différente au niveau du IPP et du NDP. Pour ces deux partis, ils souhaitent que la justice puisse contraindre la Commission à reconsidérer la candidature de leur représentant qu’elle a rejeté le 18 octobre dernier pour certains manquements. Les partis IPP et NDP s’attendent à ce que la justice en considérant leur saisine puisse interrompre le processus électoral jusqu’à ce que les problèmes soulevés soient résolus.

 

Des griefs du NVP, son candidat a affirmé avoir versé une somme de 1.600 Ghana cedis à deux agents de la CE, Emmanuel Asante Kisi, le chargé de la logistique et Kofi Asomaning, le directeur des élections, pour faire de sorte à ce que sa candidature soit validée par l’instance électorale indépendante. Aussitôt que cette affaire a éclaté, le CID, l’unité d’enquête de la Police ghanéenne, a mis aux arrêts les suspects qui sont pour l’heure en liberté sous caution. Convoqué par la Police pour collaborer afin d’élucider l’affaire, le prophète NKansah qui avait fait sourde oreille à du se rendre après un ultimatum des forces de l’ordre.

 

D’un autre coté, pour l’avocat du parti IPP, toutes les pièces demandées pour la candidature ont été fournies mais le fait pour la CE de rejeter le formulaire de son client est une violation de la Constitution ghanéenne. L’avocat présume que la Commission n’a pris le temps de vérifier les dossiers soumis à son appréciation.

 

De l’autre coté, au sein du NDP, le formulaire de candidature de Konadu Rawlings à en croire la CE contient des vides, d’où le lieu de son rejet. En s’insurgeant contre cette décision, Stanley Ahorlu, l’avocat de Konadu Rawlings a estimé que la CE a violé le droit public et les principes de la gouvernance démocratique au Ghana. Le NDP après avoir donné un ultimatum de 24 heures le mardi dernier à la CE pour requalifier sa candidate, a saisi la justice le mercredi 24 octobre 2012 à Accra la Haute cour de justice des droits humains.

 

En attendant que la justice se prononce sur cette affaire, d’abord sur sa recevabilité, les huit candidats retenus pour cette présidentielle parmi lesquels figurent les deux grands favoris, John Mahama, le Président sortant du parti au pouvoir NDC et son principal challenger Nana Akufo Addo de l’opposition NPP, peaufinent leurs préparatifs sur le terrain.

La présidentielle est prévue pour se tenir le 7 décembre 2012.

 

CA

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement