pub
Médias

Civisme : L’urgence de créer une convention collective pour les professionnels de médias

Advertisement

Le métier de journalisme est un métier difficile et dangereux. Il l’est plus dans les pays pauvres en général et au Togo en particulier. Chaque jour, Dieu seul sait comment les journalistes togolais bravent des dangers dans l’exercice de leur travail. La convention collective que tous les rédacteurs souhaitent de leur vœu pour les soulager un peu tarde à prendre corps pour des intérêts égoïstes.

 

Le nouveau Bureau de la Maison de la Presse a un agenda ambitieux mais la priorité des priorités doit être la convention collective pour réduire dans une certaine mesure la misère dans laquelle végètent ceux qui ont choisi la noble mission d’informer, de sensibiliser et de distraire.

 

Ce ne serait pas facile vu le contexte togolais mais la concrétiser sera un acte citoyen. Ils sont nombreux à trouver dans les causes liées aux dérives de la profession du journalisme, l’absence d’une convention collective pouvant permettre aux hommes des médias de vivre décemment de leur travail. Le constat est clair : la quasi-totalité des journalistes travaillent dans des conditions déplorables que ce soit sur le plan de la disponibilité du matériel ou sur le plan salarial.

 

Or, c’est un secret de polichinelle qu’il existe une corrélation entre un bon traitement salarial un bon travail. D’où l’urgence pour les différents protagonistes, les organisations des patrons de presse et celles des rédacteurs, de discuter de façon sincère et trouver des compromis qui puissent tenir compte des intérêts de et des obligations de toutes les parties.

 

L’assurance des travailleurs de la presse et des médias, l’autre point important de cette convention collective doit y avoir une part belle. Les journalistes togolais courent d’énormes risques en faisant leur travail. Nul n’est sans savoir que ces derniers temps, les journalises togolais sont sciemment assimilés aux manifestants de l’opposition et subissent la colère des forces dites de l’ordre et de sécurité en dépit du port de leur gilet facilement identifiable.


Les journalistes togolais sont connus comme des sauveurs de ceux qui sont en détresse par leurs articles, analyses et commentaires. Pour une fois, il va falloir qu’ils s’attellent à trouver des solutions à leurs propres problèmes en s’organisant et taisant leur égo. C’est pourquoi, c’est du devoir de tout le monde d’aider le nouveau bureau directeur de la Maison de la Presse à atteindre ses objectifs et surtout celui devant déboucher sur la signature de la convention collective.

 

Le travail qu’abattent les journalistes est une tâche citoyenne et comme telle, les autorités de notre pays doivent mettre la main à la pâte pour que cet outil indispensable devienne une réalité. On peut se faire former dans les plus prestigieuses écoles de journalisme de la planète, on ne peut produire que du bon travail qu’en travaillant de bonne conditions et étant rémunéré à juste titre.


La Rédaction

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement