Politique

5 octobre 1990- 5 octobre 2012 : Gilchrist Olympio commémore l’anniversaire en mettant l’accent sur la transparence des prochaines élections législatives

Advertisement

5 octobre 1990 – 5 octobre 2012. Cela fait vingt deux ans jour pour jour que le peuple togolais a entamé sa lutte pour l’événement de la démocratie et d’un Etat de droit au Togo. Deux décennies après, la situation sociopolitique s’est plutôt enlisée.

 

Gilchrist Olympio, le président national de l’Union des Forces de Changement (UFC) n’a pas manqué l’événement. Il a animé une conférence de presse ce vendredi dans l’enceinte de l’église de Saint Martyr de l’Ouganda communément appelé Césal. Il s’agit pour lui de faire le bilan de plus de 20 ans de lutte démocratique. « Le processus de démocratisation de notre pays, est un écheveau particulièrement complexe qu’il nous faut démêler, tant les phases et les événements qui le jalonnent, laissent entrevoir un grand espoir mais se révèlent vite, porteurs de germes de fourberies ; autrement dit, nous connaissons les difficultés que suscite l’exercice normal de la démocratie dans un pays en crise de croissance  », diagnostique-t-il.

 

Pour lui, beaucoup croyaient que les choses allaient changer avec la disparition d’Eyadéma mais elles se sont plutôt enlisées. C’est pourquoi, il a jugé utile de faire ce qu’il appelle un sursaut citoyenpour  » transcender les bannières partisanes pour sauver notre pays à la dérive  » en signant un accord  » historique  » avec le RPT. En dépit de cet accord, rien n’est notable sur le plan des réformes constitutionnelles et institutionnelles voulues par le peuple.  » C’est pour cette raison que l’UFC estime que la solution pour sortir de la crise, est la mise en place d’un parlement démocratique qui doit jouer le rôle d’une assemblée constituante chargée des réformes « , lit-on dans la déclaration liminaire.

 

En ce qui concerne les prochaines élections législatives couplées probablement de celles locales, le vieux leader « invite par conséquent, tous les partis politiques, les associations de la société civile à se pencher, dans les meilleurs délais, sur les facteurs pouvant garantir des élections libres, crédibles, transparentes, démocratiques et dont les résultats seront acceptés par tous « .

 

Ametbao

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement