pub
International

TUNISIE : Un ton de fermeté avec le Chef du parti Islamiste

Advertisement

Le Chef du parti Islamiste trouve que les Salafistes Jihadistes sont un danger pour la Tunisie. «  À chaque fois que des partis, ou des groupes outrepassent d’une façon flagrante la liberté il faut être ferme, serrer la vis et insister sur l’ordre », a déclaré le chef du parti tunisien islamiste Ennahdha (au pouvoir), Rached Ghannouchi, avant d’ajouter que « ces gens là représentent un danger non seulement pour Ennahda mais pour les libertés publiques dans le pays et pour sa sécurité, c’est pour cela que tous nous faisons face à ces groupes mais avec des outils respectueux de la loi ».

Notons que ces déclarations interviennent alors que l’action politique du pouvoir a été vivement critiquée par Béji Caïd Essebsi.

 

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Tunis, jeudi 20 septembre, le fondateur du parti d’opposition Nidaa Tounès (l’Appel de la Tunisie) a violemment fustigé les ambiguités et les contradictions de la coalition au pouvoir, composée des islamistes d’Ennahdha et de deux partis de centre gauche, Ettakatol et le Congrès pour la république (CPR). « Les violences anti-américaines que la Tunisie a connues sont le résultat de la politique de tolérance envers des groupes prônant la violence », a-t-il déclaré.

 

« Si ce gouvernement devait poursuivre cette politique, il nous conduira vers l’abîme. (…) Il a échoué et n’est plus en mesure de diriger le pays, c’en est fini de la troïka ».

 

Firmin Teko Agbo

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement