pub
Culture

Pour une valorisation du patrimoine culturel de l’Afrique : A la découverte du masque Egungun

Advertisement

Le masque est une réalité africaine qui au fil du temps et surtout grâce aux migrations humaines à traverser le continent pour aujourd’hui se retrouver ailleurs comme dans les Amériques ; en Europe ou en Haïti. En Afrique de l’Ouest et Centrale, on retrouve assez de sociétés secrètes dans lesquelles cette réalité prend corps et âmes. Le masque est donc un objet sacré qui, assure selon sa forme et les sociétés différentes fonctions.

Noel AGOSSOU, Expert en Médiation Culturelle et Promoteur du Musée d’Adjarra nous donne sa perception du masque. Pour lui, « le masque serait d’abord définicomme une figure symbolique représentant un être humain, un animal, une divinité, utilisée dans le cadre de certains rituels religieux ». Le masque traduit donc la réalité culturelle d’une communauté ou celle d’un peuple.Il renseigne sur l’histoire des communautés.

 

Par ailleurs, les masques sont le plus souvent portés pendant les cérémonies annuelles, soit pour l’enterrement d’un des dignitaires de cette société secrète ou soit pour les cérémonies de sortie d’un nouveau né. N’importe qui n’accède pas à cette société si on n’est pas initié. Dans ces sociétés secrètes on ne parle qu’un langage codifié et qui n’est comprisque par les initiés. Nous avons différentes formes de masques. Au Bénin, on pourrait citer entre autres le masque Egungun ; le masque Zangétô ; le masque Gounoukô ; le masque Guêlèdè (patrimoine mondial de l’Unesco) et etc.

 

Seul le masque Egungun a retenu notre attention. Ce masque se retrouveuniquement au sud du Bénin chez les peuples Yoroubas, Anagos de même que les Odigbos et les Fons. Ils en sont d’ailleurs les seuls qui disposent le statut de fabricants de masques Egungun. En langue française ils sont désignés par une expression pas trop convenable sous le terme de « revenants ». Les Egungun incarnent les défunts d’une famille ou d’une collectivité familiale.

 

C’est la réincarnation circonstancielle d’un ancêtre défunt qui revient de l’au-delà rendre visite aux siens. Par le bien de ce masque les liens entre les entités visibles et invisibles sont renforcés. Au faite le rôle primordial de se masque était d’enterré les morts des collectivités possédant le masque Egungun.

 

Masque de tissu parfois richement décoré, il est formellement interdit à quelqu’un qui n’est pas initié de toucher le masque parce que le tissu d’un défunt ne doit pas toucher un vivant. Cela porterait malheur et s’avérerait mortel selon la tradition.

 

Masque anthropomorphe, le Egungun serait selon la tradition yoruba un masque sans porteur physique. Le « porteur » serait en effet une âme désincarnée revenue parfois sous la forme de squelette d’après cette même tradition.

 

Nous n’en diront pas plus. Venez au Bénin pour découvrir de près ce masque.

 

Par Roch Alfred KIKI, Spécialiste du Patrimoine (BENIN)

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement