International

La Lybie touchée, les Etats-Unis en deuil

Advertisement
Drame en Lybie. Encore le 11 Septembre. L’ambassadeur des États-Unis en Libye et trois autres fonctionnaires américains ont été tués, mardi 11 septembre au soir, alors qu’une violente attaque était menée par des islamistes armés contre le consulat américain à Benghazi, en réaction à un film jugé insultant pour l’’islam. «L’ambassadeur a été tué ainsi que trois autres fonctionnaires», a déclaré le vice-ministre de l’Intérieur, Wanis al-Charef. La mort de Christopher Stevens a été confirmée par un tweet du vice-Premier ministre libyen, Moustapha Abou Chagour.
 
 
Pour l’heure, les circonstances de la mort de Christopher Stevens sont encore floues. Selon le président de la Haute Commission de sécurité à Benghazi, Fawzi Wanis, contacté par l’AFP, l’ambassadeur américain se trouvait au consulat au moment de l’attaque. La chaîne qatarie Al-Jazira affirme de son côté qu’il est mort par suffocation après l’attaque à la roquette d’hommes armés.
 
D’après l’agence Reuters, qui cite un officiel Libyen, Christopher Stevens était en route pour Benghazi après avoir appris que des émeutiers avaient ouvert le feu contre le consulat américain – tuant un de ses employés – quand son véhicule aurait été visé par une attaque à la roquette.
 
 
Ajoutons que Selon des sources officielles libyennes, des manifestants armés, en majorité des salafistes, ont tiré des roquettes contre le bâtiment du consulat américain de Benghazi. L’assaut a été mené par des islamistes armés protestant contre un film qui, selon eux, offense l’islam (voir ci-dessous). Des manifestations contre ce long-métrage ont également eu lieu devant l’ambassade américaine du Caire, où des protestataires ont remplacé le drapeau américain par un étendard islamique.
 
 
Des témoins ont indiqué que des manifestants ont arraché le drapeau américain et mis le feu au consulat. Des affrontements ont eu lieu entre des forces de sécurité et des hommes armés. L’un d’eux a indiqué à l’AFP que des salafistes se trouvaient parmi les assaillants et a décrit des actes de pillage et de vandalisme. Considérée comme un fief des islamistes radicaux, Benghazi, bastion de la révolution, a connu une vague de violences ces derniers mois, avec des attaques contre des Occidentaux et des assassinats d’officiers de l’armée ou de la sécurité.
 
Firmin Teko Agbo
 
 
Togoportail, toute l’information à votre portée
Advertisement