pub
Culture

COTE D’IVOIRE : Les rideaux sont tombés sur la 12e édition du concours Clap Ivoire

Advertisement

Les projecteurs de la 12e édition du concours Clap Ivoire se sont éteints vendredi 07 septembre 2012 avec le sacre du jeune réalisateur Béninois, Aymar Ayéman ESSE qui remporte le prix Grand Prix Kodjo EBOUCLE d’une valeur de deux millions (2 000 000) de FCFA.

Pour le lauréat, c’est une chance, car « tous les films en compétition se valent ».

Pour cette fin de compétition, le Ministre Ivoirien de la Culture et de la Francophonie, monsieur Maurice Kouakou BANDAMA, a personnellement présidé la cérémonie de clôture à la salle de cinéma de la Fontaine du supermarché SECOCE à Abidjan.

 

C’est dans une salle archicomble de la salle de la Fontaine de SECOCE que les autorités, les membres du jury, les directeurs et responsables des structures de cinéma de l’espace CEDEAO, les 16 lauréats venus des pays de l’UEMOA, des cinéastes et cinéphiles, des journalistes et autres invités se sont donnés rendez-vous pour les palmarès.

 

19h 35 minutes, le ministre BANDAMA fait son entrée dans la salle. Le Directeur général de l’ONAC-CI, Dr Kitia TOURE, avec son humour habituel, souhaite la bienvenue à toute l’assistance et prie le ministre de plaider auprès de ses paires de la CEDEAO afin que le marché des images et de l’audiovisuel de l’espace se constitue véritablement.

 

Le Dr Kitia TOURE défonce finalement une porte déjà entre ouverte. Et pour cause, le ministre annonce, dans son allocution de clôture, que « l’année 2013 sera l’année de la relance du cinéma ivoirien ». « Nous travaillons à la réouverture des salles de cinéma avec l’appui technique de l’ONAC-CI », a-t-il poursuivi. Pour le ministre de la Culture et de la Francophonie, « la CEDEAO, tout comme l’Afrique en général, a des choses à dire au reste du monde, a des images à montrer, a des couleurs à faire voir partout et se doit de créer les conditions d’une industrie culturelle forte qui passe par l’industrie cinématographique ».

 

Avant l’intervention du ministre, l’assistance a suivi tour à tour, la remise des distinctions aux directeurs et responsables des structures de cinéma des 13 pays de la CEDEAO présents à cette 12e édition, le rapport de la table ronde de ces responsables, la remise des attestations de participation à tous les lauréats, la remise des distinctions aux journalistes culturels de l’UEMOA présents.

 

 C’est alors que le moment tant attendu par tous arriva : la publication des délibérations du jury présidée par madame Catherine RUELLE, journaliste et critique de cinéma.

Au terme de sa délibération, le jury décerne le grand prix Kodjo EBOUCLE au film de fiction « Rencontre virtuelle » réalisé par Aymar Ayéman ESSE du Bénin, pour « la modernité et la pertinence d’un sujet universel, l’actualité du thème et l’émotion que le film dégage ». Ce même film décroche le prix du meilleur  scénario pendant que « le prix à payer » du Togolais Maxime TCHINCOUN rafle le premier prix de l’UEMOA du meilleur film fiction. L’ivoirien François SYLLA tape dans l’œil  du jury avec son documentaire « FONON OU LE GENIE DU FER », comme « le documentaire le plus abouti qui met en valeur un métier ancestral, celui des forgerons et contribue ainsi à la sauvegarde d’un pan de la mémoire et du patrimoine culturel africain ».

 

Le public a eu également droit à la projection d’un film en 3 D réalisé dans le cadre de la formation théorique et pratique sur cette technique, une formation assurée par le Français, Jean-Marie BOULET.

 

La cérémonie a pris fin avec la projection du film primé. Le réalisateur de ce film, Aymar Ayéman ESSE ne cache pas sa joie et déclare tirer beaucoup d’enseignements de sa participation à Clap Ivoire. Il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et compte sur tous et surtout sur les journalistes dans un art qui est une œuvre de l’esprit et par-dessus tout une œuvre de collaboration.

 

AFFO kouko (Togo)

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement