pub
International

Ghana / Présidentielle 2012 : Bras de fer entre la Commission Electorale et l’AFAG

Advertisement

L’Alliance pour une Gouvernance Responsable (AFAG), un groupe de pression au Ghana a lancé un ultimatum de deux semaines à Afari Gyan, le président de la Commission Electorale (CE), instance indépendant en charge des préparatifs et de l’organisation des élections générale de décembre 2012 au Ghana à démissionner de son poste.

 

Pour Arnold Boateng, le Secrétaire général de l’AFAG, l’exigence de la demande de démission d’Afari Gyan est liée à la décision de la CE de créer 45 nouvelles circonscriptions électorales, laquelle sera synonyme au terme des législatives de  l’entrée de 45 nouveaux députés au Parlement ghanéen.

 

La montée aux créneaux de l’AFAG fait suite à la réaffirmation de Christian Owusu Parry, le chargé par intérim des Affaires Publiques de la CE a réaffirmé le lundi dernier à Accra que la Commission ira de l’avant avec le projet de la création des 45 nouvelles circonscriptions électorales et ce en dépit de l’opposition de certains partis.

 

 En justifiant sa position, Owusu a soutenu que la CE n’a fait qu’accomplir une recommandation constitutionnelle qui donne le mandat à la CE de créer de nouvelles circonscriptions électorales dans le pays après la publication des résultats du recensement général de la population.

 

Eu égard à la justification des 45 circonscriptions électorales crées, l’AFAG maintient sa position et assure que « nous leur donnons deux semaines pour revenir sur leur décision sans condition et aussi que le président de la CE démissionne honorablement s’il n’est pas à la hauteur de sa tâche ». Passé outre ces deux exigences, Arnold Boateng a annoncé que les ghanéens feront une démonstration pour se faire entendre et obliger la CE à faire marche arrière.

 

Dans la classe politique ghanéenne, le Nouveau Parti Patriotique (NPP), la principale formation de l’opposition et l’ancien Président John Kufuor continuent de protester contre la création des 45 nouvelles circonscriptions cette année. A trois mois des élections générales, John Kufuor a décrit l’action envisagée comme « insensée ». Mais à l’opposé, le NDC au pouvoir semble être en faveur de la création de nouvelles circonscriptions. Pour se faire, le parti a tenu ses primaires dans les circonscriptions concernées afin d’élire ses candidats aux élections législatives.

C.A.

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement