pub
Politique

Meeting tenu du CST/ Le collectif soutient la marche du FRAC samedi prochain

Advertisement

Le Collectif Sauvons le Togo, a tenu dimanche 15 juillet 2012 un meeting d’explication au stade Terrainvito à Lomé. Ce rendez-vous des responsables du collectif avec la base a été l’occasion pour aborder plusieurs sujets notamment la libération des 47 détenus du CST, le bilan des activités du collectif depuis le 12 juin 2012 et la suite des actions à mener. Le collectif, compte soutenir les marches du hebdomadaires du FRAC (Front Républicain pour l’Alternance et le Changement) qui demande la départ du président de la République Faure Gnassingbé depuis sa réélection de 2010 .

Les portes du stade Terrainvito étaient ouvertes ce dimanche 15 juillet 2012 aux membres du collectif Sauvons le Togo pour le meeting d’explication empêché à deux reprises par les forces de l’ordre et de sécurité. Etaient présents tous les responsables du CST, Maîtres Zeus Ajavon, Raphaël Kpandé-Adzaré e, Jil-Benoît Afangbédji, Jean Pierre Fabre de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) et Agnéyomé Kodjo de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS, opposition).

Les intervenants sont revenus sur le bilan des activités du collectif depuis le 12 juin et la libération de la totalité des détenus, un des préalables du collectif pour entrer en dialogue avec le gouvernement. La population a été invitée à une journée de prière lundi qui doit débuter selon Zeus Ajavon à 5h du matin. Le CST entend soutenir la marche hebdomadaire du FRAC, le samedi prochain.

“Nous devons tous sortir samedi prochain, car cette marche n’est pas seulement une manifestation du FRAC. Nous verrons s’ils vont encore rééditer ce qu’ils ont fait ce samedi dernier contre Jean-Pierre Fabre”, a martelé Me Zeus Ajavon, le coordonnateur du Collectif “Sauvons le Togo” très confiant.

Rappelons que le Collectif Sauvons le Togo, regroupe, certains partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile. Il avait entre autres pour revendications le retour à la constitution de 1992 et le retrait des deux lois relatives au nouveau code électoral. On peut ajouter à cette liste, le départ de présient du chef de l’Etat, selon l’article 150 de constitution togolaise, brandit par certains responsables du collectif de puis quelques temps.

Roger ADZAFO

Togoportail, toute l’information à votre portée!

Advertisement