pub
International

Les Criquets pèlerins de retour au Niger

Advertisement

Encore du criquets au Sahel. L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a mis en garde ce mardi contre la menace du criquet pèlerin au Niger et au Mali depuis l’arrivée d’essaims, le mois dernier, en provenance d’Afrique du Nord. Elle a même lancé un appel d’un montant de 8,2 millions d’euros pour maintenir et étendre les opérations anti-acridiennes. La France s’est déjà engagée à hauteur de 850 000 euros et une somme additionnelle de 2,8 millions de fonds d’urgence a été promise par des bailleurs de fonds.

Dès janvier 2012, des infestations acridiennes avaient été signalées près de Ghat, dans le Sud-Ouest de la Libye et le Sud-Est de l’Algérie. Fin mars, la FAO avait déjà alerté de la possible arrivée de ces insectes en juin, au Mali et au Niger. D’abondantes précipitations ont favorisé la formation d’essaims en mai, et les troubles en Libye ont entravé les opérations de lutte anti-acridienne. La migration n’a donc pas été empêchée. De plus, ces dernières semaines, le Nord du Mali et du Niger connaissent de fortes pluies qui favorisent la maturation et la ponte des criquets. « Les pluies sont déjà tombées dans le Nord du Niger et du Mali, offrant à la fois de bonnes conditions de reproduction et la possibilité d’une deuxième génération avec des effectifs importants vers la fin de l’été », a indiqué Keith Cressman, responsable des prévisions acridiennes de la FAO.

En prévention, 1 200 hectares ont déjà été traités depuis le 5 juin au Niger. En revanche, la crise politico-militaire au Mali bloque les opérations. Tous les pays voisins mettent actuellement en place
La migration des criquets pèlerins est déclenchée lorsque la population atteint un certain seuil de densité. Ils se regroupent alors en essaims qui peuvent atteindre plusieurs centaines de millions à quelques dizaines de milliards d’individus.

Togoportail, toute l’information à votre portée!

Advertisement