pub
International

La vie se complique pour le Rwanda

Advertisement

Apres les Etats-Unis, les Pays-Bas ont suspendu une partie de leur aide au Rwanda, celle concernant la justice. Kigali dit regretter cette décision, prétendant avoir réfuté devant l’ONU les accusations de soutien aux mutins du M23 dans le Nord-Kivu congolais.

Vendredi 27 juillet, les Pays-Bas ont suspendu une partie de leur aide à l’amélioration de la justice rwandaise d’un montant de 5 millions d’euros, en raison du soutien présumé du Rwanda à la rébellion dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

En conflit ouvert avec l’armée congolaise dans le Nord-Kivu, les mutins du Mouvement du 23 Mars (M23) congolais auraient, d’après un rapport de l’ONU, reçu des aides rwandaises, sous forme d’armes, de munitions, de formation et de recrues. Le président rwandais, Paul Kagamé, a démenti tout soutien au M23 qui a retourné ses armes contre Kinshasa en mai dernier.

Les Pays-Bas précisent ne pas suspendre cette aide de façon définitive, mais prendre ainsi le temps de revoir leur position quant à leur coopération au développement avec le Rwanda. L’attitude rwandaise, face aux conclusions du groupe d’experts onusiens et sur le terrain du Nord-Kivu, sera déterminante dans la redéfinition – ou non – de l’approche néerlandaise.

Réagissant à la décision d’Amsterdam, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a déclaré dans un communiqué qu’elle regrettait «des décisions hâtives basées sur de faibles preuves», ajoutant que des discussions avec le groupe d’experts de l’ONU avait permis à Kigali de «réfuter chacune de leurs allégations à l’aide de preuves documentées».

Firmin Teko Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement