Justice

Hôtel EDA OBA rassure sa clientèle

Advertisement

Le Directeur général du complexe hôtelier EDA OBA a fait la lumière sur le litige foncier l’opposant aux héritiers de son voisin, le lieutenant Amouzou Koffi ; affaire qui a refait surface depuis quelques jours. M. Hilaire Locoh-Donou acquéreur de la parcelle en question a exprimé son étonnement face aux actes de « vandalisme » perpétrés par Amouzou Beaugars et siens dans son hôtel à l’heure où le litige est pendant devant les juridictions compétentes. Son avocat Me Gil Benoit Afangbedji compte porter plainte contre les auteurs des actes perpétrés le 02 juillet à l’hôtel EDA OBA et qui ont occasionné des dégâts matériel, et autres préjudices aux clients et personnel de l’hôtel.

EDA OBA, l’un des rares prestigieux hôtels en attraction à Lomé contrairement aux idées reçues n’a pas fermé ses portes. L’hôtel continuent paisiblement ses activités et pour le prouver la presse togolaise a été invitée à une conférence de presse des les locaux de l’immeuble pour avoir la version de son DG Hilaire Locoh-Donou sur le litige l’opposant à certains des héritiers du Lieutenant Amouzou Koffi.
Au regard des explications du DG et de son conseil, ont peut retenir que M Hilaire Locoh-Donou n’a jamais rencontré les héritiers mécontents et donc n’a pu faire une quelconque pression sur ces derniers pour qu’ils vendent la parcelle en question.

Au contraire, Selon l’huissier de justice Me GABA-DOS-REIS administrateur des biens des héritiers, il a été difficile de trouver un acquéreur pour l’immeuble compte tenu de son état de délabrement poussé et de sa situation dans une zone inondable. Hilaire Locoh-Donou a été sollicité trois fois de suite pour acheter la parcelle en vain.

En ce qui concerne les faux documents évoqués par les Amouzou, Me Gil Afangbedji longtemps cité dans cette affaire, a clairement démontré qu’il n’est ni de près ni de loin impliqué dans le dossier car celui-ci n’était même pas avocat en 1997 au moment de la conclusion du contrat de vente. M. Hilaire Locoh-Donou n’ayant pas traité avec les hérités mais avec la justice dans la vente de l’immeuble, il était difficile de l’impliquer dans l’affaire. Qui a donc falsifié les documents en question ? Le mystère reste intact.

Il faut rappeler que vers la fin de la journée du 02 juillet 2012, Amouzou Kossi se disant « capitaine de l’armée américaine » en tenue de guerre accompagné des jeunes avec des armes blanches à la main ont fait irruption dans l’hôtel EDA OBA, brutalisant personnel et client, occasionnant plusieurs dégâts matériels et des cas de vols.

Roger ADZAFO

Togoportail, toute l’information à votre portée!

Advertisement