pub
Société

Ghana : Arrestation : En 2012, un homme tente de ressusciter la traite négrière

Advertisement

La police ghanéenne a arrêté le mardi 10 juillet dernier, Mohammed Alhassan, un homme suspecté de vouloir vendre son propre fils âgé seulement d’un an et demi à un acheteur au marché Kokomba à Accra pour une somme 200.000 Ghana cedis.

Pour soustraire sa ‘‘marchandise’’ à la mère de la victime, le suspect a invité son épouse dans un hôtel de Nungua, une banlieue d’Accra, en lui offrant une boisson tranquillisante susceptible de la faire endormir. Peine perdue, la dame est restée éveillée car ses entrailles maternelles lui ont fait pressentir qu’un mal se tramait contre la vie de son enfant.
Selon la surintendante Patience Quaye, la directrice de l’Unité de lutte contre la traite humaine au Département Criminel des Investigations (CID), des renseignements recueillis le lundi 9 Juillet 2012 ont fait état de ce qu’un homme en provenance de Tamalé, une ville du nord du Ghana, serait à la recherche d’un potentiel acheteur pour vendre son fils au marché Kokomba à Accra.

Sur la base de ces renseignements, des policiers ont été déployés discrètement dans le marché, lieu où Alhassan devrait vendre sa ‘‘marchandise’’. Au moment du marchandage, le vendeur a exigé une somme de 200,000 Ghana cedis à l’acheteur mais ce dernier a insisté sur le prix de 120.000 Ghana cedis. Alhassan, fixa alors un rendez vous à l’acheteur dans l’hôtel où il s’est logé.

Au jour convenu, un policier déguisé en un prétendu Alhaji s’est présenté à l’hôtel comme celui qui avait envoyé son assistant au marché Kokomba pour conclure l’affaire. Ayant en main des dollars, l’acheteur a proposé qu’ils aillent faire le change de la somme en cedis ghanéen. Après avoir invité le couple à monter à bord de sa voiture, en cours de route, la voiture pris la direction du siège de la police, lieu où Ahlassan a été placé en garde à vue.

Des premières informations recueillies, il ressort qu’Alhassan a d’abord nié la paternité de l’enfant avant d’envoyer la jeune fille à Nungua Zongo (Accra) pour qu’elle apprenne un métier. Arrivé à Nungua, il a invité sa femme à l’hôtel prétextant que certaines personnes viendraient leur apporter de l’aide pour les soins de l’enfant. Devant les parents de sa femme, Alhassan a demandé pardon et a promis de prendre soin du bébé à l’avenir.

Ce n’est que suite à ses aveux que la mère saura que l’intention de son homme qui était en larme, est de vendre leur fils, une vie humaine, à une modique somme.
En attendant sa comparution devant la justice dans les prochains jours, Alhassan est aux remords !

CA

Togoportail, toute l’information à votre portée!

Advertisement