pub
Politique

Pour « sauvons le Togo », Me Gil Benoit AFangbedji démissionne de la tête de l’ACAT-Togo

Advertisement

Maître Gil Benoit AFangbedji n’est plus le président de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, branche togolaise (ACAT-TOGO). La décision de l’Assemblée Générale Extraordinaire du Samedi, 09 Juin 2012 relative à la suspension de la participation de l’ACAT-TOGO aux activités du Collectif « SAUVONS LE TOGO » est l’une des principales motivations du défenseur des droits de l’homme. Il a rendu public jeudi 14 juin 2012, une déclaration dans laquelle il donne des précisions. Voici l’intégralité.

DECLARATION DE MAITRE JIL-BENOIT K. AFANGBEDJI RELATIVE A SA DEMISSION A LA TETE DE L’ACAT-TOGO

Ce fut une joie des plus particulières qui m’a animé à la date du 18 Juillet 2009 pour avoir été élu à l’effet de présider à la destinée de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, branche togolaise (ACAT-TOGO).

Dans l’exécution de la noble et exaltante tâche qui m’a été ainsi confiée, j’ai su faire preuve d’esprit d’équipe en travaillant dans une totale allégresse de concert avec aussi bien les membres du Bureau Exécutif National que le reste des membres de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, branche togolaise (ACAT-TOGO) au point que ladite association a été très tôt hissée à un rang très élevé au rendez-vous des Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH) au TOGO.

Une telle raison a amplement justifié l’absence d’hésitation notoirement observée chez moi à ne ménager le moindre effort pour faire adhérer l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, branche togolaise (ACAT-TOGO) au Collectif « SAUVONS LE TOGO » regroupant en son sein les Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH), de la société civile ainsi que des partis politiques dont la vision commune et connue de tous n’est plus à rappeler.
Cependant, je tiens vivement à informer le peuple togolais dans toutes ses composantes de ma démission à la présidence de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, branche togolaise (ACAT-TOGO) à compter de ce jour du 14 Juin 2012 pour les raisons fort judicieuses ci-après :
Un désaccord profond a pris naissance entre moi et les membres du Bureau Exécutif National de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, branche togolaise (ACAT-TOGO) dont l’opinion s’est révélée défavorable à l’adhésion de ladite association au Collectif « SAUVONS LE TOGO ».

Suite à une telle discordance des plus déplorables, une Assemblée Générale Extraordinaire tenue le Samedi, 09 Juin 2012 a choisi, dans sa majorité, d’entériner la position des membres du Bureau Exécutif National par la prise d’une décision portant suspension de toute participation de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, branche togolaise (ACAT-TOGO) aux activités légitimement amorcées par le Collectif « SAUVONS LE TOGO » alors même qu’elle en est membre fondatrice.

En raison des convictions qui me sont hautement propres et de mes engagements pour voir aboutir les exigences les plus légitimes du Collectif « SAUVONS LE TOGO », je ne saurais guère rester en marge de la lutte vigoureuse que ledit collectif a décidée opportunément d’engager depuis sa création le 04 Avril 2012.

Par la présente, j’exprime donc mon indéfectible et inconditionnel soutien au Collectif « SAUVONS LE TOGO » sans manquer de le complimenter pour le travail titanesque et louable qu’il ne cesse d’abattre ainsi que les efforts inlassables déployés aux fins de sortir le TOGO de l’ornière et le sauver du naufrage dans lequel il est plongé depuis des décennies.
A tout jamais, je reste plus que résolu à œuvrer aux côtés du Collectif « SAUVONS LE TOGO » pour la poursuite du combat qui est le sien pour que la démocratie tant souhaitée sur la terre de nos aïeux puisse véritablement voir le jour.

Aucun sacrifice n’est trop grand quand il s’agit de lutter pour le bonheur de sa patrie et je suis d’accord avec le Père Joseph WRESINSKI lorsqu’il disait que « Là où les hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les Droits de l’Homme sont violés. S’unir pour les faire respecter, est un devoir sacré ».
Pour finir, je convie les togolais sans distinction aucune à partager cette exhortation si chère au Collectif « SAUVONS LE TOGO » selon laquelle « Peuple togolais, par ta foi, ton courage et des sacrifices, la nation togolaise doit renaître ».


Fait à Lomé, le 14 Juin 2012

Me Jil-Benoît K. AFANGBEDJI

Advertisement