pub
Politique

Manifestations prochaines du CST/Les togolais de l’intérieur invités à descendre dans la rue

Advertisement

Le collectif Sauvons le Togo a une fois encore invité ( mardi 26 juin 2012) au cours d’une conférence de presse, la population togolaise à descendre dans la rue du 10 au 14 juillet 2012. Avant cette date elle compte organiser des meetings d’explication dans 19 préfectures du Togo. Cette information soulève des interrogations quand on se rappelle des actes de vandalisme et la répression policière qui s’en est suivi les 12 et 13 juin 2012 à Lomé. Dans la déclaration liminaire dont nous avons reçu copie, le CST n’invite pas ses militants au civisme et ne donne aucune garantie sur le caractère pacifique de ses manifestations.

Après la série des actes inciviques de vandalisme suivi des course-poursuites, il est normal d’attendre du collectif « Sauvons le Togo » des garanties sur le caractère pacifique de ses actions, et sur le contrôle de ses militants. Nulle part on ne voit sur la déclaration liminaire de quatre pages du collectif cette intention.

Les togolais vont-ils encore être exposés à des vols, aux lynchages des passagers, aux casses des biens privés et public ? Allons-nous encore voir des « manifestants » se droguer aux yeux et sous la barbe des responsables du CST ? Pour le moment rien n’est moins sûr.

Comment peut-on expliquer cette décision du CST quand on sait qu’il y a quelques jours, Me Afangbedji, un des responsables du collectif et M. Pascal Bodjona, ministre de l’administration territoriale et porte-parole du gouvernement se sont convenus sur la nécessité de dialoguer et d’épargner les togolais des scénarios de violence.

La manifestation annoncée par le collectif apporte de l’eau au moulin de ceux qui pensent que les intérêts du collectif sont ailleurs. En effet la déclaration liminaire ne comporte pas l’objet de la manifestation mais se contente d’opérer une victimisation des « manifestants » que les togolais ont vu s’en prendre violemment au personnel de la société Amina, saccager le siège de l’UFC, tabasser des journalistes, ou encore s’emparer des marchandises des bonnes dames.

Le président du PRR M. Nicolas Lawson dénonçait déjà cette instrumentalisation du peuple togolais dans son adresse à la nation en date du 25 juin 2005. “Ils laissent le but de notre lutte, c’est-à-dire la liberté, la dignité et la joie de vivre de nos compatriotes, se dissoudre dans leurs moyens politiciens, perfides et partisans. C’est la condamnation cosmique de ces comportements et ambitions individuelles inacceptables qui font que la démocratisation de notre société est si heurtée, si coûteuse en vies humaines et pérennise le déclin économique, les désordres sociaux et moraux. Pour sauver le Togo, nous devons privilégier et adopter les valeurs de la vérité, de la paix et de l’amour des autres.”

Les esprits éclairés de la République commencent par découvrir la face cachée du CST et appellent la prudence. « On ne force pas une révolution mes chers du CST ! Allez continuez à transformer le malheur de certaines familles en sujet de propagande à des fins que vous seuls vous maîtrisez ! Vous appelez intimement de tous vos vœux à l’effusion de sang au cours de vos marches pour attirer l’attention du corps diplomatique et de l’opinion internationale. Vous faîtes la ronde des temples et des couvents pour inciter les pasteurs et prêtres traditionnels à aller déclarer sur les antennes qu’ils ont reçu des révélations selon lesquelles Le moment est arrivé pour que le Togo se délivre ! Hum, vous pataugez, vous désorientez le peuple avec ces sales combines », a laissé un internaute sur sa page facebook.

Source:www. kabite.woedpress.com

Togoportail, toute l’information à votre portée!

Advertisement