pub
Politique

Le Collectif « Sauvons le Togo » doit payer!

Advertisement

Ce n’est pas Faure Gnassingbé, encore moins les ministres, les députés et autres hauts responsables du pays qui devront payer les casses sur le domaine publics réalisées par les « insurgés » du CST. Les dégâts viennent d’être évalués par les services spécialisés du ministère des travaux publics : « les atteintes portées à l’asphalte sur les nouvelles routes de la capitale togolaise par des pneus brûlés, aux feux tricolores et des pavés défoncés » sont estimées à 200 millions. Il faudra pour les togolais débourser cette somme pour réparer les conséquences des trois jours de manifestations (12 au 14 juin 2012).

 

Les pertes subies par les privés et les commerçants empêchés d’aller travailler, celles subies par les passants molestés et dépouillés restent non évaluer. Le CST devrait se réjouir de ses œuvres et tant pis pour les victimes qui aspirent à ce que justice leur soit rendu et que les responsables paient les frais. Ici encore, on nous parlera de l’apaisement. Jusqu’à quand ?

 

Cet argent aurait pu servir à régler d’autres problèmes. Il faut que les casseurs paient un jour sinon c’est irresponsabilité et l’impunité totale.

 

kabite.wordpress.com

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement