pub
International

Encadrement de la circulation des motos à Douala, les autorités veillent au respect de la nouvelle réglementation

Advertisement

Les autorités de la ville de Douala veulent contraindre les conducteurs de taxi moto au respect d’un nouveau plan de circulation qui les prive d’accès à certains quartiers. La police se mobilise aujourd’hui plus d’une semaine après l’entrée en vigueur de la loi limitant l’accès des mototaxis (benskinneurs) à certains quartiers de Douala.

Habillés de noir et dotés de tout l’arsenal anti-émeute, les policiers tiennent leur position aux principaux carrefours de la ville. Ils sont appuyés par des cars anti-émeute prêts à rugir. On les voit positionnés aux points stratégiques de la ville et à la vue de tous les passants. Tout regroupement de moto est immédiatement dispersé. Les benskinneurs les plus belliqueux autrefois semblent avoir baissé la garde.

« Il y a des poltrons parmi nous et ce n’est pas moi qui vais aller mourir pour les autres. On projette quelque chose et le lendemain, tu apprends le contraire. Tout le monde a subitement peur de la police ». Ces propos d’un conducteur de Taxi moto résument leur état d’esprit et les contradictions observées depuis le début de ce mois parmi ce corps de métier. Les policiers stationnés et prêts à mater toute velléité de contestation procèdent en plus à la vérification de la carte d’identité et du permis de conduire des conducteurs interpellés.

Il faut rappeler que les autorités de la ville de Douala ont pris le mois dernier la décision de réglementer la circulation des motos dans la ville. Trois nouveaux quartiers, Bonapriso, Bali et Koumassi sont désormais interdits d’accès aux benskinneurs. Rejoignant ainsi Bonanjo et Deido qui avaient déjà fermé leurs portes aux engins à deux roues. Le délégué du gouvernement auprès de la commune urbaine de Douala annonce que de nombreux autres quartiers, notamment ceux situés dans les arrondissements de Douala 4 et 57 seront eux aussi interdits d’accès aux motos.

L’annonce de cette décision avait irrité les conducteurs de moto qui avaient promis des soulèvements et des actes de vandalisme dans la ville. Quelques-uns avaient même commencé à détruire des panneaux de signalisation sur des axes routiers. Les autorités de la ville ont alors déployé policiers et dispositif anti-émeute pour dissuader et mâter toute tentative de soulèvement.

Advertisement