pub
Politique

Vote du nouveau code électoral au Togo, le PRR est monté au créneau ce lundi pour dénoncer les manigances des artisans de ce code.

Advertisement

Le nouveau code électoral adopté par les députés de la Majorité Présidentielle et de l’Union des Force du Changement(UFC) continue de susciter des réactions au sein de la classe politique togolaise. Le président du Parti du Renouveau pour la Rédemption (PRR), Nicolas Lawson, dans un communiqué en date du 28 mai 2012 dénonce la démarche du gouvernement et des députés précités mais maintient la participation de son parti aux élections législatives et locales prochaines.

Dans un communiqué de presse rendu public ce lundi 28 mai 2012, le PRR par la voix de son président M. Nicolas Lawson dénonce le vote du nouveau code électoral adopté en plénière vendredi dernier et le qualifie d’un diktat issu du concubinage de l’Union des Forces du Changement et du nouveau parti l’Union pour la République (UNIR). Selon le président du PRR, ce nouveau code électoral qui vient d’être voté est un complot de l’Union des Forces du Changement et de l’Union pour la République pour amener les autres partis de l’opposition à boycotter les élections législatives et locales qui seront organisées dans les mois à venir. Il dénonce aussi la présence de plusieurs irrégularités et l’absence des reformes constitutionnelles et institutionnelles dans le nouveau code électoral. Sans toutefois perdre espoir d’une véritable alternance et d’un changement radical, en comptant sur la maturité du peuple Togolais, M. Nicolas Lawson appel ce dernier à plus de vigilance car un boycotte des élections à venir permettrait aux adeptes de l’immobilisme à modifier une nouvelle fois la constitution de notre pays. Il n’a pas manqué de préciser que le PRR pour sa part est prêt à accompagner les Togolais pour provoquer le changement positif, ase d’une croissance.

Voici en intégralité le communiqué de presse du président de PRR :

« Alea Jacta est » ». Les pouvoirs exécutif et législatif délégitimés du pays viennent d’adopter un nouveau code électoral. Comme disaient ceux qui nous avaient séquestrés au HCR : « Quelle que soit la physionomie du mouton, la fête aura bien lieu ». Ainsi, malgré les protestations, l’UFC s’associe avec l’UNIR pour nous mettre devant le fait accompli.

Leur souhait serait notre boycott des élections législatives et locales afin de les laisser poursuivre leur concubinage désastreux, leur politique de saccage social, le pillage des ressources nationales, l’endettement faramineux du pays avec leurs complices étrangers, la prolétarisation de notre jeunesse, l’immoralité et la déstructuration de notre société. C’est le peuple togolais qui doit désormais prendre ses responsabilités et nous aider à imposer sa volonté. Il sait que notre boycott des élections législatives de 2002 avait permis au RPT de violer la constitution de 1992.

Nous en payons amèrement le prix jusqu’à présent. Aussi pour nous au PRR, dès lors que le nouveau code électoral voté le vendredi 25 Mai 2012 ne comporte pas de réforme constitutionnelle et institutionnelle, nous ne pouvons que relever la marque politicienne d’un pouvoir aux abois face à une opposition inconséquente et stérile dont les actes attentent au bonheur et à la paix de cœur des togolais.
« Deo Gracias », le PRR est convaincu qu’après les malheurs subis douloureusement par les togolais et les trahisons de leurs aspirations depuis 1990, ils se mobiliseront massivement pour exprimer fermement leur volonté lors des prochaines élections législatives et locales. Ils pourront ainsi mettre un terme à une assemblée nationale délégitimée, à un gouvernement illégitime dans son origine et oppressif dans sa gouvernance.

Quelle que soit donc la nature des modifications dans le code électoral et le découpage électoral, le PRR entend participer activement aux prochaines élections législatives et locales. Notre victoire permettra enfin d’agir puissamment pour engager les réformes constitutionnelles et institutionnelles majeures et promouvoir les réformes économiques et sociales décisives pour le redressement national. Nul ne doit plus prendre le peuple en otage et abuser de sa confiance.

C’est ici et maintenant que le peuple souverain doit se préparer et s’endurcir pour imposer sa volonté. Le PRR est prêt à l’accompagner pour provoquer le changement positif dont le pays a besoin pour se renouveler et pour ramener la joie de vivre à tous nos compatriotes. Une nation n’est viable et ne peut survivre mi-esclave et mi-libre. La force de la justice et la force morale vont triompher du vice et du crime.

Nicolas Lawson

Président du PRR

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement