pub
Politique

Ghana / Affaire haine ethnique : Le candidat Akufo Addo sort de son mutisme

Advertisement

Nana Addo Akufo-Addo, le candidat du principal parti de l’opposition au Ghana, le Nouveau Parti Patriotique (NPP) déclare qu’il ne cautionnera un quelconque appel à la haine ethnique par un membre de son parti. Akufo Addo qui est enfin sorti de son mutisme a fait cette mise au point aux Chefs traditionnels et au peuple de la région du Volta lors de sa tournée en début de ce mois de mai dans cette partie du Ghana.

L’affaire Kennedy Agyepong, du nom de ce député de l’opposition NPP qui avait appelé sur les ondes de la radio Oman Fm à Accra à tuer les Ewé et les Gans résidant dans la région Ashanti, quoiqu’elle soit un peu calmée, demeure encore vive dans les esprits.

Pour se distancer de cet appel macabre qui n’honore aucun ghanéen, le candidat Akufo Addo après avoir noté une accalmie dans les réactions, a jugé bon de se faire entendre.

Dans son allocution aux Chefs Ewé, Akufo Addo a révélé que contrairement aux allégations portées contre lui, il ne cautionne pas de tels appels et ne permettra à aucun membre du NPP à s’engager dans un acte qui peut plonger le pays dans la violence.

En des mots clairs, le sérieux adversaire du Président Atta Mills à la présidentielle de décembre 2012 a déclaré que « Je tiens à préciser ici que je n’ai pas le projet de la haine ethnique dans mon agenda et je ne voudrais pas le cautionner».

Depuis l’éclatement de l’affaire, le député a été arrêté par la Police avant d’être inculpé à la justice pour tentative de génocide, de félonie de trahison et de terrorisme. Pour cause de santé, il a été remis en liberté provisoire contre une caution de 400.000 Ghana cedis soit une somme de plus de 100 millions de F Cfa. Récemment une organisation non gouvernementale, la Coalition Ghanéenne pour la Cour Pénale Internationale (CPI), a saisi par le biais d’une pétition le Procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, pour enquêter sur les déclarations génocidaires et de nettoyages ethniques proférés par le député.

C.A.

Advertisement