pub
Médias

Mercredi à la Une de Le Libéral /Mgr Nicodème : Portrait d’un ouvrier de la réconciliation nationale

Advertisement

Qui est Mgr Barrigah?

Au moment où la CVJR rend son rapport au Chef de l’Etat, la question revient sur toutes les lèvres? Qui est ce prélat à l’apparence physique modeste mais qui a conduit avec une dextérité exemplaire le travail pourtant si difficile de la CVJR au Togo?

Si le Président de la République est le maître d’ouvrage du processus de réconciliation nationale, Mgr Barrigah en est un des ouvriers les plus dévoués. Aussi, le Chef d’Etat a-t-il ouvert hier son discours de circonstance par un hommage appuyé au Président de la CVJR.

Né en 1963 au Burkina Faso, c’est en famille que Mgr Barrigah apprend le difficile art du vivre ensemble au milieu de ses six frères et sa sœur.

Sa vocation sacerdotale qui naît déjà vers l’âge de dix ans le conduit de 1974 à 1981 au petit séminaire et de 1981 à 1987 au grand séminaire. De ce parcours, il a apprend très tôt que mettre sa vie au service des autres ne passe pas nécessairement par l’argent.

Après avoir brièvement servi comme vicaire, il suivra des études à l’Académie pontificale de Rome où il s’initie aux arcanes de la diplomatie du Saint-Siège. Il est ainsi impliqué progressivement dans la recherche de solution dans des pays où la folie meurtrière s’est emparée des hommes comme au Rwanda, en Côte d’Ivoire et au Proche-Orient.

Rentré au Togo, Nicodème Barrigah est nommé évêque en 2008. Avec ses longs séjours à l’étranger, Il ne connaît pas très bien son pays. Mais il va apprendre très vite. Les violences postélectorales de 2005 le marquent profondément.

En le mettant à la tête de la CVJR, le Président de la République donne à Mgr Barrigah l’occasion de manier la machine à remonter le temps puisque le domaine de compétence temporelle de son institution jusqu’en 1958, année du référendum d’autodétermination pour le Togo, autant dire la genèse de la nation togolaise.

Mgr Barrigah a accompli sa mission avec un tel succès que beaucoup de togolais se disent que l’histoire du Togo aurait été différente si la Providence l’avait fait Président de la Conférence nationale en 1991 . Mais ça c’est un autre chapitre.

Source : Le Libéral n° 66 du 04 avril 2012

Lire la suite de cet article et les autres publications de ce numéro en téléchargeant le document joint : liberal_066_site.pdf

Togoportail, toute l’info à votre portée

cvjr_a_la_une_partie_ii.jpg

Advertisement