pub
Politique

La Société civile Togolaise se prononce sur la situation politique du Togo deux après le scrutin de 2010

Advertisement

Deux ans après les élections présidentielles de 2010 au Togo, quelle est la situation politique, sociale et des droits de l’homme? Les organisations de la société civile Togolaise se prononcent à travers rapport rendu public ce 26 avril 2012 à Lomé.

Selon le rapport, en février 2012, soit 24 mois après le scrutin de 2010, deux images très différentes semblent caractériser le Togo.

D’un coté, un Togo qui poursuit son chemin vers la démocratie et cherche la voie de l’apaisement politique, avec un cycle électoral plus ou moins réussi et un pacte de gouvernement entre le parti au pouvoir et l’ex-parti historique de l’opposition, un Togo qui a renoué avec la Communauté internationale par la reprise de la Coopération avec l’union Européenne, la présidence de l’Union Economique et monétaire ouest-africaine et son élection comme membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations-Unies.

Le rapport précise que, en plus de cela, les Institutions de Breton Wood ont exprimé leur satisfecit à l’endroit du pays qui a atteint le point d’achèvement de l’initiative pays pauvre très endettés(PPTE).

Et de l’autre coté, indique toujours le document, un Togo mal en point caractérisé par des violations manifestes des droits de l’homme, des contestations sur les plans politique et social. «Un gouvernement qui réagit mal en tentant de museler des organisations de défense des droits de l’homme, la presse et certains partis politiques d’opposition. Ces pratiques rétrogrades ont donné le sentiment d’un recul de 10 ans» ajoute le document de 55 pages.

Suite à ces analyses, les organisations auteurs de ce rapport ont des doutes sur le niveau d’avancement réel du règlement de la crise politique. Elles s’accordent à dire que le pouvoir atermoie encore quant à la mise en œuvre effective de l’Accord Politique Global (APG) signé en 2006. Elles soutiennent que le Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation(CPDC), mise en place même dans sa forme élargie n’est pas parvenue à créer les conditions d’un véritable consensus politique pour envisager de véritables réformes constitutionnelles et Institutionnelles.

Comme recommandations, les Organisations de la Société civile recommandent de veiller à une prise en compte réelle et véritable et à la mise en application des propositions de réformes institutionnelles faites par le CPDC, de nommer le plus tot possible une nouvelle CENI qui devra se baser sur les résultats du recensement général de la population et de l’habitat pour mettre à jour le fichier électoral.

Firmin Teko-Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement