pub
Développement

Ghana/Adduction d’eau potable : le Ghana s’engage à approvisionner le Togo

Advertisement

Le Ghana et le Togo ont signé hier jeudi à Sogakopé, une localité ghanéenne de la région du Volta au Ghana, un accord conjoint pour la mise en œuvre du projet transfrontalier d’approvisionnement en eau potable Sogakopé-Lomé. Les termes de ce projet qui vise à approvisionner non seulement Lomé, la capitale togolaise, en eau potable mais aussi certaines localités ghanéennes que traversera le conduit d’eau, ont été signé par les deux ministres en charge du secteur de l’eau dans les deux pays à savoir Enoch T. Mensah pour le Ghana et le Général Zakari Nandja pour le Togo. Ce vieux projet qui remonte en 1970 sera soumis à la Banque Africaine de Développement (BAD) pour un financement.

Le Ghana et le Togo qui sont deux pays voisins de l’espace CEDEAO viennent de marquer un nouveau point dans leurs relations bilatérales. Avec la volonté affichée de part d’autre, le Ghana s’engage donc à fournir de l’eau potable à son frère et voisin, le Togo.

Outre Lomé est ses environs, des localités ghanéennes que traverseront les installations telles qu’Ehie, Denu, Agbozume, Tokor Betsima, Gamadzra Anyako, Kilkor, Avoene, Sogakopé, Akatsi, Adidome, Aflao et Abor bénéficieront de cette eau.

Ce projet d’adduction d’eau potable qui a été estimé en 2003 à 119 millions de dollars verra la construction d’une usine de traitement d’eau à partir du fleuve Volta au Ghana. Une fois le projet débuté, il devrait être achevé dans deux ans et demi et sera basé sur un accord de Partenariat Public Privé (PPP) de sorte que grâce à une politique de la vente et de l’achat, les deux pays ne seront pas obligés à investir dans le joyau.

Parlant de la signature effective de ce projet, le ministre ghanéen du secteur de l’Eau, des Travaux publics et du Logement, E.T Mensah, a affirmé que « c’est un projet qui concrétise la volonté politique et l’engagement des deux pays à intégrer nos économies respectives pour le bien de nos communautés». En prenant exemple sur l’excellente coopération en matière énergétique entre les deux pays, E.T Mensah a ajouté que le projet d’approvisionnement en eau est aussi une occasion d’améliorer l’état de santé générale, l’hygiène et le niveau de vie des citoyens des deux pays.

Pour sa part le ministre togolais de l’Eau et de l’assainissement en milieu rural, Zakari Nandja a déclaré que la disponibilité de l’eau n’est pas un luxe mais un droit fondamental que tous les dirigeants politiques doivent fournir à leurs populations. Il s’est félicite de ce que les présidents John Atta Mills et Faure Gnassingbé ont réussi à concrétiser un projet vieux de 40 ans sur la base des études de faisabilité qui ont été réalisées grâce au financement des États-Unis et de l’Agence de développement en 2003.

Quant à la productivité de cette future installation, le directeur de la Compagnie Ghanéenne d’Eau, Kweku Botwe, a révélé qu’elle fournira entre 40 et 70 millions de mètre cube d’eau jour.

Ce projet s’est concrétisé suite à la récente visite d’une journée de travail du président Atta Mills au Togo.

C.A.

Advertisement