pub
International

Election Présidentielle 2012 en France : Le dernier round très redouté entre François Hollande (28,63%) et Nicolas Sarkozy (27,20%)

Advertisement

Les résultats officiels du 1er tour de l’élection présidentielle en France viennent d’être connus, ouvrant la voie pour l’entame au 2ème tour autour du duel très redouté entre les deux premiers arrivés en tête, François Hollande crédité de 28,63 % et Nicolas Sarkozy qui a obtenu les 27,20 % du suffrage exprimé. Au soir du 06 mai prochain, la France se prononcera s’il faut continuer avec son 23ème président de la République (Nicolas Sarkozy) ou opter pour le choix du 24ème président de la République (François Hollande).

Les deux candidats en lice pour le deuxième tour qui se déroulera le 6 mai 2012 seront François Hollande et Nicolas Sarkozy. Ils ont respectivement obtenu 28,63% et 27,02 % des suffrages exprimés. Une élection dont le taux de participation, malgré une campagne électorale jugée peu motivante, se situe à plus 80 %. Les Français se sont donc déplacés ou ont donné procuration pour voter massivement, selon le ministère de l’intérieur de France.

Le Front National ne s’invite donc pas au second tour comme en 2002 mais Marine le Pen réalise un score historique. Elle recueille plus de 6 millions de voix, ce qui représente près de 17,9% des suffrages, soit près de 2 points de plus que Jean Marie, son père, il y a 10 ans. Un record historique dans l’histoire du Front National qui va certainement jouer aux troubles fêtes lors de ce second tour. Marine le Pen attend le 1er mai, pour annoncer ses consignes de vote dont l’application par ses militants sera non négligeable pour l’issue du duel entre les deux prétendants à la magistrature suprême.

Déjà beaucoup d’observateurs soutiennent que la tâche sera très ardue à Nicolas Sarkozy qui aura besoin des voix des autres malheureux candidats pour remonter la pente. Le journal Figaro, n’a pas manqué de souligner que le résultat obtenu par le président sortant «place la droite de gouvernement à son plus faible niveau de toute l’histoire de la Ve République. Certes, Nicolas Sarkozy n’a été devancé que « d’une courte tête» par François Hollande, mais « ce scrutin sonne comme un aveu de défiance », analyse quant à lui Le Parisien.

La campagne pour le second tour vient de démarrer déjà ce matin, et Nicolas Sarkozy s’engage d’ores et déjà avec énergie et force à passer à l’offensive à outrance afin de colmater rapidement les brèches.

D’ailleurs, Nicolas Sarkozy a perdu son pari de virer en tête au premier tour, peut-être à cause d’une « incompréhensible campagne » comme le juge Nicolas Demorand dans Libération. Une campagne qui n’a permis au président sortant « ni de masquer son bilan, sanctionné dans les urnes, ni de faire baisser le Front national ».

D’ailleurs c’est dans cet élan que le président sortant n’a trop attendu dès l’issue du premier tour, pour proposer trois débats au lieu de deux, lors de cette campagne pour le second tour. Proposition que rejette François Hollande qui explique que “quand on a une mauvaise note, on ne change pas de professeur” et qu’ ”on ne change pas les règles”.

Sur les réseaux sociaux, on note des réactions sévères à l’endroit du président sortant de plus en plus affaibli par la tendance à un vote sanction contre Nicolas Sarkozy désavoué par les français.

Mais pour le duel de ce deuxième tour de l’élection présidentielle, rien n’est encore joué, même si selon les sondages annoncés depuis hier, François Hollande bénéficie des meilleures intentions de vote et part comme grand favori avec un score de 56% contre Sarkozy à qui reviendront les 46 % des voix. Le candidat socialiste, arrivé en tête, a gagné une bataille mais pas encore la guerre. Car tout peut se basculer pour la dernière ligne droite durant ces deux prochaines de campagne.

La Rédaction

Togoportail, toute l’info à votre portée

Advertisement