pub
Société

Du civisme, et si on en parlait? Nécessité d’entretenir nos routes

Advertisement

Il y a quelques années, il était difficile de circuler sur les routes de Lomé et les autres villes du Togo sans se faire des soucis. Nos routes étaient dans un état de délabrement avancé. Des nids de poule par ici, des crevasses par là. La poussière est le lot d’obstacles que bravent quotidiennement les usagers. Sortir chez soi proprement habillé et revenir à la maison aussi propre n’était pas évident. La situation était dramatique pendant la saison des pluies.

En ces périodes, les routes sont envahies par l’eau à cause de l’inexistence des caniveaux. Dans certains quartiers de Lomé, des caniveaux existent, cependant bouchés, ils ne permettent pas l’évacuation des eaux de ruissellement vers les lagunes ou vers la mer.
Ces routes, ainsi inondées deviennent impraticables pendant plusieurs jours diminuant ainsi les activités pécuniaires des populations.

Conscient de cette situation, le président de la République, Faure Gnassingbé a consacré son second quinquennat à la politique des grands travaux. Ainsi, depuis trois ans de grands travaux d’infrastructures routières sont engagés aussi bien à Lomé que dans les autres villes du pays. De nouvelles routes prennent progressivement forme, facilitent la circulation à plusieurs endroits de Lomé au grand bonheur des usagers. Il se relève que plusieurs autres chantiers sont en projet et les Togolais peuvent avoir espoir que dans l’avenir toutes les routes de Lomé et celles des autres villes du Togo seront réhabilitées.

Mais tout en gardant espoir, les Togolais devront savoir que ces travaux ont nécessité de gros investissements. En effet, si l’Etat togolais, dans cette tâche de réhabilitation, bénéficie de l’appui financier des partenaires étrangers, notamment la Banque Mondiale, l’Union Européenne et autres, il n’en demeure pas moins que les ressources nationales sont également mobilisées. D’où la nécessité pour les citoyens de prendre soin des routes en évitant de jeter les ordures ménagères et autres déchets dans les égouts. Ce qui facilitera l’écoulement de l’eau de pluie évitant ainsi l’inondation des routes. Par ailleurs, les citoyens devront éviter de casser les pavés pendant les manifestations.

Enfin, il revient aussi à l’Etat de veiller à ce qu’un soin approprié soit apporté aux infrastructures routières en envisageant des sanctions à l’endroit de ceux qui par leurs actes contribuent à la dégradation des routes.

D.M.

Togoportail, toute l’info à votre portée

Advertisement