pub
Développement

Le HCR au chevet des femmes réfugiées du Togo à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme

Advertisement

La situation des femmes réfugiées préoccupe le Haut Commissariat des Nations-Unies aux Réfugiés. Au Togo, le HCR et ses partenaires ADRA et ATBEF se mobilisent pour assurer des soins de santé, d’éducation et des renforcements de capacité des femmes à se prendre en charge et se tourner résolument vers une autonomisation durable.

Pour marquer cela, le HCR a célébré la Journée Internationale de la Femme avec les femmes réfugiées du site d’Avépozo du Togo, en cette fin de semaine. Le Représentant du HCR-Togo Théophilus Vodounou s’est engagé à accompagner les femmes réfugiées vers une autonomisation économique durable. Ce détail a été annoncé lors de son allocution.

Le message stipule qu’en référence au thème de cette année, la promotion de l’autonomisation des femmes réfugiées du Camp d’Avépozo, une banlieu au sud est de la ville de Lomé, devient pour le HCR un objectif non négligeable. Ainsi, il s’engage avec ses partenaires en développement(ATBEF, ADRA et le Système des Nations-Unies) à accompagner les femmes réfugiées.

M. Vodounou estime que si on donnait la possibilité aux femmes réfugiées au Nord du Togo, d’avoir accès à la terre agricole, elles pourraient également s’auto prendre en charge pour l’éradication de la pauvreté et de la faim. Il a encouragé celles qui sont au camp d’Avépozo et en ville à s’investir dans des petits commerces avec l’appui du programme «activités génératrices de revenus» dont elles bénéficient déjà.

Il faut aussi ajouter que l’Association des Coiffeuses du site d’Avepozo initiatrice d’un projet de formation et de prestation de services a été parrainée et aidée par ADRA. Ce projet consistait à organiser un défilé de mode, un volet socio culturel, pour se faire connaitre et promouvoir leurs activités auprès des réfugiées et de la population locale. Plusieurs réfugiés se sont inscrits à l’atelier.

Firmin Teko-Agbo

Advertisement