pub
International

Ghana : La première dame nie être impliquée dans le scandale Woyome

Advertisement

La première dame du Ghana, Naadu Atta Mills, nie avoir reçu un don de cinq millions de dollars de la part d’Alfred Woyome Agbesi, un richissime homme d’affaire qui est mêlé actuellement dans une salle affaire de fraude de plusieurs milliards des comptes de l’Etat ghanéen.

Selon une note d’information parvenue à la presse, James Agyenim-Boateng, le vice-ministre de l’Information déclare que l’attention du bureau de la première dame a été attirée sur une publication qui a révélé que Naadu Atta Mills a bénéficié des fonds de Woyome mais en réaction la concerné rejette cette histoire fabriquée de toute pièce.

La déclaration ajoute par ailleurs que la révélation qui cherche à inclure la première dame dans ce scandale financier qui ne cesse de polluer le débat politique dans le pays est sans fondement. Et le vice-ministre d’ajouter que «la publication est fausse, sans fondement d’autant plus qu’il n’y a pas un iota de vérité dans l’allégation».

Rappelons qu’Alfred Woyome Agbessi est un financier, membre du NDC, le parti au pouvoir au Ghana. En partenariat avec la société Waterville, Woyome a intenté et gagné un procès en bonne et due forme contre l’Etat pour rupture abusive de contrat pour la construction de deux stades devant abriter la Coupe d’Afrique des Nations, CAN 2008 que le Ghana avait organisée.

A ce titre le trésor public avait ordonné en 2010 qu’il soit dédommagé à hauteur de 51 millions de Ghana cedis soit plusieurs milliards de francs CFA. Le régime Kufuor qui gérait les affaires à l’époque rejette pour sa part avoir signé un quelconque contrat avec Woyome.

Ce scandale qui secoue le NDC a déjà entrainé le limogeage de deux ministres de l’actuel du gouvernement mais l’interpellation de certaines personnes proches du dossier qui auraient bénéficiées des largesses de celui dont le nom est décrié sur tout tous les toits pour le scandale du siècle au Ghana. L’opposition a même baptisé cette affaire le «Woyomegate».

Natif Ewé de la Volta région, Alfred Woyome Agbessi après sa libération sous caution la semaine dernière à Accra, s’est dit être victime d’un complot politique et à cet égard sa communauté d’origine se ligue autours de lui comme un rempart contre ses fossoyeurs.

C.A.

Togoportail, toute l’info à votre portée

Advertisement