pub
Société

Du civisme, et si on en parlait? Fumer en public, un acte incivique à proscrire

Advertisement

Le phénomène a pris une ampleur incommensurable qu’il semble banal : fumer en public. Dans la rue, en car, au service… bien de personnes ne prennent pas la peine de se lever avant d’exécuter le geste peu convenant, ignorant les risques qu’ils font courir aux autres.

Selon le rapport de l’année 2008 de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le tabac tue plus de huit millions de personnes chaque année dans le monde et est à l’origine de plusieurs maladies qui touchent autant le fumeur que le non fumeur. A en croire ce rapport, une part importante des décès liés au tabac survient dans les pays en développement. Des études réalisées au Togo ont démontré que le tabagisme constitue l’une des causes importantes de décès. En 1989, une enquête réalisée dans les collèges de Lomé par le Ministère de la Santé a révélé que sur 2688 enquêtés, 25,3 % sont des fumeurs ; l’âge de la première expérience variant entre 11 ans pour les garçons et 14 ans pour les filles.

Par ailleurs, indique le rapport, une personne qui fume, expose son entourage à la fumée et aux conséquences néfastes qui en découlent. Selon l’OMS, quiconque fume du tabac inhale 15 % de la fumée et les 85 % de la fumée restants sont rejetés dans l’air. La fumée latérale est une réelle menace à la santé car cette fumée contient plus de 4000 composés chimiques sous la forme de particules et de gaz très toxiques et nuisibles à la santé de l’homme et de la femme.

Certains de ces composés chimiques sont des substances irritantes, d’autres sont des poisons ; d’autres encore sont des substances cancérigènes qui endommagent aussi le processus de reproduction. Les personnes les plus à risque sont les enfants, les nouveau-nés et les fœtus.

Il va sans dire, au vu de ce rapport, que celui qui fume en public compromet non seulement sa propre santé mais aussi et surtout celle de son entourage exposé nuisible du tabac.

En effet, selon les spécialistes, les enfants exposés à la fumée latérale grandissent en développant des affections telles que des rhumes et toux fréquents, des infections de l’oreille moyenne, cause de surdité, l’asthme aggravé, des poumons très fragiles et une prédisposition aux cancers. Le fœtus exposé à la fumée du tabac absorbée par sa mère enceinte peut naître avec un poids inférieur à la normale, mourir avant de naître, naître avant terme, avoir de trop petits poumons, mourir prématurément de mort subite.

En outre, l’odeur de la fumée met mal à l’aise le non fumeur, ce qui souvent provoque des querelles entre consommateurs et non consommateurs de tabac. «J’ai eu maille à partir avec mon meilleur ami pour son manque de contrôle lorsqu’il fume la cigarette.
Figurez-vous, partout, à table, au bureau… lorsqu’il allume sa cigarette, il vous balance la fumée à la figure. Un jour, vexé, je lui ai fait remarquer qu’il nous gêne à chaque fois qu’il fume et je lui ai demandé de faire dorénavant attention à la fumée de sa cigarette. Il prit très mal la chose et me dit d’aller me faire foutre. Cette réponse sèche donnée sur un ton qui n’avait rien d’amusant, me mit en colère. Je le quittai et depuis ce jour on ne s’adresse plus la parole
», raconte un jeune homme.

Tout ceci doit nous interpeller et nous fait prendre conscience de la situation. Fumer en public compromet le vivre ensemble, alors évitons de poser cet acte en public.

D.M.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement