pub
Société

2e Conférence de l’année 2012 : IFF-Afrique a formé les participants sur l’engagement politique du Chrétien en Afrique

Advertisement

Après la première conférence tenue le 4 février dernier à Brotherhome sur le thème : «Le profil du disciple de Jésus-Christ dans les Evangiles», la seconde s’est tenue dans le même local le samedi 10 mars 2012 sur le thème : «Quel engagement politique pour le disciple de Jésus-Christ aujourd’hui en Afrique?». Cette seconde rencontre fait également partie d’une série de cinq conférences et colloques que l’Institut de Formation Fondacio-Afrique (IFF-Afrique) a programmés pour l’année 2012.

Souhaitant la bienvenue aux participants parmi lesquels des hommes politiques, entre autres MM. Agbéyomé Kodjo et Dahuku Péré, M. Théophile Amouzou, Président du Conseil d’Administration de IFF-Afrique s’est interrogé si un chrétien peut s’engager politiquement ou s’il peut s’opposer à l’opinion d’un autre.

Selon lui, cette problématique est une grande préoccupation pour l’Institut de Formation Fondacio-Afrique (IFF-Afrique) qui cherche à éclairer les «disciples de Jésus» sur leurs responsabilités politiques.
«L’engagement du Chrétien dans sa société à travers l’Evangile se heurte souvent à certaines convictions. Il est question à travers cette conférence de savoir si un chrétien, tout en gardant sa foi, peut s’engager en politique et être une lumière pour les autres en s’opposant à des décisions qui discréditent la personne humaine», a-t-il noté.

Suite à cette préoccupation soulevée par M. Théophile Amouzou, la thématique retenue pour cette seconde conférence a été développée par le Professeur Albert Gandonou, Directeur de l’Institut Universitaire du Bénin (IUB), chrétien et militant du parti communiste béninois. L’orateur a axé son exposé sur trois points.

Dans la première partie intitulée «Qui est Albert Gandonou ?», il s’est fortement inspiré de son expérience de chrétien politiquement engagé. Selon lui, suivre Jésus aujourd’hui ne saurait seulement être fidèle à sa culture et approfondir son enseignement. «La bonne nouvelle de Jésus-Christ peut être perçue comme une philosophie, une voie proposée par Christ à tout homme, une éthique et non une religion. A cet effet, Jésus est pour moi le messie, le rédempteur, le libérateur de notre monde des entraves de la religion qui empêchent l’Homme de s’épanouir», a-t-il souligné avant d’ajouter que la bonne nouvelle doit être une lumière pour la connaissance et l’intelligence humaine au service de son engagement politique.

Abordant la seconde partie de son exposé intitulée : «Qui est Jésus-Christ pour Albert Gandonou ?», l’exposant a précisé que pour lui, Dieu est Dieu le Père qui a pris l’engagement à travers des âges à venir au secours des égarés. A l’en croire, la parabole de l’enfant prodigue illustre la bonté de Dieu envers les pécheurs qui reviennent à Lui. C’est le signe d’un pardon dans toute sa plénitude.

«L’engagement politique du Chrétien» pour M. Gandonou, c’est s’engager au service de l’homme en agissant pour son épanouissement aussi bien dans la joie que dans l’oppression. «Le Chrétien se définit par son engagement en faveur des pauvres, de la vérité et de la justice», a-t-il indiqué avant d’ajouter que l’engagement politique du Chrétien doit paser par une révolution bourgeoise qui puisse permettre aux pauvres d’avoir leur salut.

Cet engagement doit également, selon l’orateur, passer par la libération de nos langues maternelles ainsi que la libération de nos monnaies. «Pour y parvenir, le Chrétien politiquement engagé devra se laisser inspirer par l’Esprit Saint qui est source d’édification politique», a-t-il conclu.

Mawu K.

Togoportail, toute l’info à votre portée

Advertisement