pub
Société

Togo : Menace de grève dans l’administration publique

Advertisement

L’atmosphère n’est pas très sereine entre la masse salariale de l’administration publique togolaise et le gouvernement. Les centrales syndicales sont montées au créneau en fin de semaine pour dénoncer l’application au minima par le gouvernement des décisions de l’accord tripartie.

Ce vendredi, au cours d’une Assemblée générale, la Fédération des Travailleurs du secteur public, fédération affilée à la Confédération Nationale des Travailleurs du Togo (CNTT), a pris la décision d’envoyer un préavis de grève au gouvernement.

Cette décision qui est le résultat de ce que la CNTT appelle «l’échec du dialogue» fait suite au non respect des engagements et promesses de la part du gouvernement togolais en ce qui concerne les actes attendus de la part des autorités en vue de l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents de la fonction publique.
Au nombre des promesses non tenues, on note notamment la revalorisation de la grille salariale, l’adoption du nouveau statut général de la fonction publique comme promis lors des discussions au sein du Conseil National du Dialogue Sociale (CNDS), le relèvement de la valeur indiciaire…

Dans une moindre mesure, il est très attendu que les fonctionnaires très acculés par la cherté de la vie et la précarité des conditions requises de travail, voient l’effet financier s’appliquer en terme de revalorisation de l’ordre de 10 à 20% du salaire dès janvier 2012. A ce niveau aussi, les travailleurs ont eu le désenchantement de constater qu’au lieu de 10%, c’est plutôt une augmentation de 5% qui a été faite. Certainement la goutte d’eau qui a débordé la vase.

«Aujourd’hui, face au constat que le gouvernement ne satisfait que ceux qui descendent dans les rues, toute la centrale syndicale considère que son choix de dialogue à échoué» a déclaré la secrétaire générale adjoint de la CNTT, Madame Lawson Nadou Elisabeth.

«A l’issue de cette assemblée générale nous avons décidé d’observer trois jours de grève et comme au Togo, il faut légalement observer cinq jours ouvrables de préavis, nous le respecterons. A l’expiration de celui-ci, les fonctionnaires du Togo observeront une grève de 72 heures à compter du 13 février 2012» a t-elle ajouté.

La Confédération Syndicale des Travailleurs du Togo (CSTT) n’est pas en reste ; elle n’a pas manqué d’appeler tous les travailleurs à rester mobilisés et à répondre à son appel au cas où le gouvernement continuerait à user de subterfuges et du dilatoire.

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement