pub
Santé

Lutte contre le VIH/SIDA et les IST : Docteur Michel KODOM s’explique sur l’importance de l’épidémiologie et de la stratégie de lutte contre la pandémie au Togo

Advertisement

En marge du séminaire de réflexion et de partage d’expériences « EPU » sur l’épidémiologie et la stratégie de lutte contre le VIH/SIDA et les IST au Togo, Docteur Michel Kodom a accordé une interview à pa-lunion sur le nouveau type de dépistage du virus. Interview que vous propose Togoportail.net

Parlez nous un peu de ce séminaire que vous organisez aujourd’hui ?

Docteur Kodom : Comme vous le savez, c’est un séminaire de réflexion sur l’épidémiologie du VIH/SIDA et l’approche stratégique du dépistage. Il est question de proposer des mécanismes pour permettre à la population d’avoir accès au dépistage et cela passe par des tests. Nous allons discuter surtout sur le dépistage rapide. Il faut qu’aujourd’hui, dans le grand programme de la campagne accélérée de la réduction de la mortalité infantile et maternelle, que toutes les femmes qui sont enceintes, aujourd’hui, puissent avoir la chance de faire le dépistage qui rentrera dans la prise en charge du VIH/ SIDA de la mère à l’enfant pour que les enfants puissent être protégés, surtout ceux qui ont des mères séropositives. Et, aussi pour la population en général, d’avoir les tests efficaces. Aujourd’hui, je ne dis pas que les tests antérieurs ne sont pas efficaces, nous les avons utilisés, mais celui que nous utilisons aujourd’hui est plus efficace, homologué par le ministère de la santé. Ce qui sera un sujet de discussion approfondie au cours de ce séminaire, pour que nous puissions donner la chance à la population d’être dépistée en un temps record de 15 mn, celui qui décide de connaitre son statut sérologique sera informé de son état.

Est-ce que l’enjeu aujourd’hui est la rapidité ou la fiabilité ?

Je pense que l’enjeu touche les deux aspects, la rapidité et la fiabilité. On ne peut pas dans un contexte épidémiologique comme le VIH/SIDA, ne pas mettre l’accent sur la fiabilité et aussi l’efficacité. Vous savez, les tests de dépistage rapide ne sont pas des tests à 100% de réussite, il y a d’autres techniques qu’on propose. Mais en termes de rapidité, c’est le test rapide comme le nom l’indique, qu’il faut proposer. La fiabilité, oui, parce que le taux tourne autour de 98%. Je pense que c’est intéressant. Dans le cadre du VIH/SIDA, il y a des gens qui sont contaminés aujourd’hui, et il faut attendre 3 mois au moins, pour que les premiers tests soient positifs. Il faut que les faux séronégatifs sachent que c’est l’évolution naturelle de la maladie du VIH/SIDA. Sinon, en termes de rapidité, c’est très bon. Ce test que le ministère homologue est efficace et suivi de différents mécanismes de test pour que la population puisse avoir un produit fiable et de qualité.

Est-ce que ce test est déjà disponible ?

La mise en place sera faite d’ici quelque jour. Il faut que le ministère donne le ton et je pense que depuis 6 mois les tests ont été réalisés et la mise en place ne sera pas un problème.

Par rapport au nouveau test, si quelqu’un qui contracte le virus aujourd’hui, s’il fait le test est ce qu’on peut détecter le virus ?

Non, il faut attendre les 3 mois, parce que c’est l’évolution naturelle du virus. Lorsque vous êtes contaminés, il faut un certain nombre de temps pour que le virus soit présent dans la grande circulation. Donc, c’est un atout aujourd’hui. C’est une question d’efficacité. L’efficacité, aujourd’hui, c’est qu’il n y ait pas de faux négatifs. Parce qu’il y a toujours des faux négatifs et ce test a pour but de détecter beaucoup plus de gens contaminés et sujet à connaitre leur statut sérologique.

Quel est le taux d’efficacité des anciens tests ?

Ca tourne autour de 95%. Ce sont des normes standards de l’OMS. Même les vaccins sont efficaces à 95%. Celui là va jusqu’à 98%. Donc, c’est intéressant.

Merci Docteur

Non c’est moi qui vous remercie

Source: pa-lunion.com

Advertisement