pub
Société

Les bus universitaires seraient-ils des dangers publics au dessus de toutes lois?

Advertisement

Un petit tour à Lomé, et vous remarquez sans difficulté particulière les longs véhicules jaunes avec des plaques d’immatriculation vertes. Ces bus universitaires prévus pour contenir à peine une quarantaine de personnes sont tous les jours surchargés d’étudiants.

Le bus qui dessert Adidogomé compte parfois jusqu’à 100 personnes. Ces véhicules surchargés qui transportent les futures élites du Togo passent sous la barbe et au nez des agents de sécurité sans s’inquiéter. Les véhicules d’Etat ont-il le droit de surcharger les passagers ?

L’une des raisons qui expliqueraient cette situation serait entre autres le manque de bus en nombre suffisant. C’est d’ailleurs ce qui justifie la promesse d’achat de bus faite par le gouvernement pour le mois de mars selon le dernier accord signé avec les étudiants le 14 janvier 2012.

En attendant la réalisation des promesses, les autorités universitaires ne pouvaient-elles pas envisager d’autres pistes comme la multiplication du nombre de voyages qu’effectuent les bus ?

Les étudiants de leur côté semblent indifférents à cette situation. Ils préfèrent huer les bonnes dames au bord de la route avec des propos blessants, indignes et dégradants. Les passants habitués par ce comportement peu responsable des étudiants n’hésitent pas les appeler « AKPALAVIO » (sardines en boite de conserve) allusion faite au surcharge.

Roger Adzafo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement