pub
Politique

Ghana : Atta Mills au marché pour acheter du « kom » chez une vendeuse

Advertisement

Le président Ghanéen, John Atta Mills, a acheté hier mardi au marché de Nima à Accra de la pâte alimentaire localement appelée kenkey et populairement connue à Lomé sous le nom de « kom » à 50 Pesewas soit 150 F cfa. Par cette visite surprise aux marchés, le Président Atta Mills vise à s’assurer du prix réel de la vente de la vente des produits de base aux Ghanéens mais aussi à démentir les allégations de l’opposition, NPP, qui clame que la boule de «kom » se vend désormais à 300 F cfa à Accra.

Atta Mills a surpris ses concitoyens Ghanéens en se rendant lui-même hier dans les marchés de Nima, de Maamobi et de Mallam Atta, tous à Accra pour s’imprégner des réalités du panier de la ménagère. La visite a été très spontanée à tel enseigne qu’au niveau de la presse, certains confrères se sont obligés de quitter leurs rédactions pour se rendre aux marché, non pour faire des achats mais pour relater cet événement peu ordinaire dans le pays.

Les vendeuses avaient au prime abord du mal à croire que leur Président de la République se soit déplacé lui-même au marché pour discuter du prix des légumes, des produits d’épicerie, de l’huile, de la viande, du maïs, du gari et bien d’autres articles encore. Mais bien vite, les vendeuses en voyant les curieuses ménagères, les passants et les autres marchands qui commençaient à se regrouper autours de ce visiteur peu ordinaire, ont enfin admis qu’il s’agit bel et bien d’Atta Mills et non son sosie.

Le pic dans cette visite, c’est quand Atta Mills s’est arrêté devant l’étalage d’une revendeuse, Agartha Akpaloo, pour d’abord demander le prix de vente du « kom » avant d’en acheter cinq boules à 2.5 Ghana cedis soit 750 F cfa pour le déjeuner de sa famille.

Après cet achat, les vendeuses qui ont eu la chance de côtoyer Atta Mills lui ont présenté leurs problèmes de mauvaise hygiène, des structures vétustes, du mauvais drainage et de la menace de délocalisation des propriétaires du titre foncier du marché de Nima. En réponse, le Président a assuré les vendeuses qu’il y aura des changements visibles dans les marchés après sa visite et que le gouvernement prendra à cœur leurs préoccupations. Et à ce propos, le maire d’Accra, Alfred Oko Vanderpuye, ajoutera que les autorités s’efforceront pour aménager les marchés visités d’ici deux mois.

Dans leurs mots d’au revoir, certaines commerçantes ont souhaité que le Président revienne encore payer leurs articles. La première dame va-t-elle laisser son mari faire régulièrement le marché à sa place ? On attend de voir.

C.A.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement