pub
Société

Civisme, et si on en parlait? Optons pour des gestes qui sauvent

Advertisement

Combien de fois n’avons-nous pas entendu des cris de détresse et d’alarme de nos voisins et avons nous hésitons à aller à leur rescousse ? Nous justifions généralement cette inaction soit par la mauvaise qualité des relations que nous entretenons avec ces derniers soit par leurs comportements jugés parfois irresponsables. Au moment où nous voulons faire de notre nation «l’or de l’humanité», ne faudrait-il pas surmonter ces considérations purement subjectives?

Nous devons apporter de l’aide à toute personne en danger quelque soit la nature de la relation qui nous lie avec elle car c’est un acte civique qui garantie la sécurité de soi et d’autrui. Ne pas le faire constitue une infraction d’omission prévue et punie par l’article 70 du code pénal togolais : «Sera puni d’un à six mois d’emprisonnement ou d’une amende de 20 000 à 200 000 francs
quiconque s’abstient de porter à une personne en péril le secours que, sans risque pour lui ni pour les tiers, il pouvait lui prêter ou qu’il pouvait provoquer
».

Si nous ne pouvons pas nous rendre sur les lieux, la meilleure des choses à faire est d’alerter les forces de l’ordre et de sécurité ou les services de secours. La vie est sacrée. Protégeons-la.

Roger Adzafo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement