pub
Politique

Mali : La ville de Ménaka, théâtre d’attaques rebelles ce mardi matin

Advertisement

Ce matin, Bamako s’est réveillée dans les bruits des combats éclaté ce mardi 17 janvier 2012 entre l’armée malienne et un groupe de rebelles touaregs dans la ville de Ménaka, dans le nord du Mali, près de la frontière avec le Niger. De source concordante, les attaques armées sont revendiquées par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

Tôt ce matin, la ville de Ménaka a fait l’objet d’attaques armées. Un acte des rebelles touaregs armés qui dans leurs actions ont coupé les communications téléphoniques. Ce qui a crée la psychose au sein de la population locale qui s’est terrée chez elle.

Selon une source militaire en provenance de Gao, deux des véhicules des rebelles ont été incendiés suite au renfort apporté par l’armée malienne avec un hélicoptère bombardier qui a décollé de la ville de Gao, à l’ouest de Ménaka, et aurait pilonné une position tenue par les rebelles à Ménaka.

Les tirs auraient cessé et les rebelles touaregs se seraient repliés à quelques kilomètres de la ville de Ménaka.

Une note de confusion qui faisait place en début d’après midi avec des informations divergentes apportées de part et d’autre, n’a pas pour le moment de dresser un état des lieux réel de la situation.

Du côté de l’armée malienne, le directeur de l’information des armées, affirmait que le camp militaire n’était toujours pas tombé. «Nous avons la situation en main», assurait-il.

Et du côté du MNLA, on affirmait, au contraire, que le camp militaire était tombé et que des drapeaux du mouvement flottaient sur la ville. La ville serait sous contrôle du MNLA.

Le régime malien fait face, dans le nord du pays, aux activités d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) mais aussi à un mouvement frondeur, le MNLA, le Mouvement national de libération de l’Azawad.

Suite aux évènements liés aux troubles armés en Libye, les mouvements rebelles comme celui de l’Azawad, apparu il y a un, ont vu leur logistique d’armement, renforcée de capacité en nombre et en puissance.

Ce mouvement ne cesse de demander l’autodétermination de la région de l’Azawad, soit la totalité du nord du Mali.

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement